L'inventaire de l'UMP, ou l'art de la rhétorique

le
0
Jean-François Copé se débarrasse de l'inventaire.
Jean-François Copé se débarrasse de l'inventaire.

On ne donne sans doute pas assez de crédit à l'UMP pour l'exercice auquel elle va se prêter ce jeudi. Faire une "convention sur l'évaluation de notre action dans la majorité et sur les priorités à défendre pour l'alternance", il fallait y penser. D'autres se seraient contentés d'un dérisoire "inventaire". Mais ces autres (François Fillon, Laurent Wauquiez, Valérie Pécresse, Xavier Bertrand, Bruno Le Maire...) ne seront pas là, preuve de leur manque d'imagination. D'ailleurs, leurs bonnes excuses pour ne pas venir en témoignent : une réunion avec les membres de l'UMP Belgique pour l'un, un congrès des élus de la montagne pour l'autre... Hervé Mariton, qui a eu la charge d'organiser cet après-midi de "débat" sous l'oeil attentif des journalistes, plus nombreux et plus assidus que les anciens ministres, a bien du mérite. Il a dû composer avec ceux qui ne voulaient pas de cette "séance d'auto-flagellation". Les très bruyants Amis de Sarkozy ne lui auraient pas pardonné d'écorner l'image de leur Comandante. Avec Jean-François Copé, qui n'organise cette convention que pour mieux enterrer le sujet, ils ont trouvé la solution, suggérée par Christian Estrosi, Jean-Claude Gaudin et bien d'autres : plutôt que de parler de ce que Nicolas Sarkozy a réussi et de ce qu'il a raté, les intervenants parleront de ce que Nicolas Sarkozy a réussi et de ce que la gauche a raté. Un contre-inventaire, en quelque sorte.

Plus, moins, mais surtout encore...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant