L'interview de Stéphane Furet (Dorval Finance) : « J'apprécie Ingenico et Solutions 30 »

le
2

La numérisation de l'économie, un thème porteur en Bourse
La numérisation de l'économie, un thème porteur en Bourse

Parmi les valeurs qui s’inscrivent dans la thématique porteuse de la numérisation de l’économie, Ingenico et Solutions 30 figurent parmi les choix d’investissement de Stéphane Furet, directeur général chez Dorval Finance et gérant du fonds Dorval Manageurs.

Le fonds Dorval Manageurs souffle ses dix bougies. En quoi la personnalité du management d’une entreprise cotée influe-t-elle sur le cours de Bourse ? Est-ce vraiment un critère fiable pour bâtir un fonds ?

Stéphane Furet : Les performances le prouvent et soulignent qu’il existe un lien entre les profils des dirigeants et les performances boursières des sociétés qu’ils dirigent. Le fonds Dorval Manageurs affiche une performance nette de 104%, soit une hausse annuelle de 7,5% depuis dix ans. En comparaison, le Cac 40 a réalisé une performance nette de 68,3% (+5,3% en performance annualisée, dividendes réinvestis). Le succès de ce fonds nous a confortés dans notre décision d’élargir nos univers d’investissement avec la création de Dorval Manageurs Europe en juin 2011 et de Dorval Manageurs Small Cap Euro en janvier 2014.

Quelle est la philosophie d’investissement de Dorval Manageur ?

S.F : Notre process d’investissement passe d’abord par la recherche de thématiques porteuses. Ensuite, une fois celles-ci identifiées, nous sélectionnons les entreprises les mieux gérées et c’est à ce niveau que la qualité du management est déterminante. Nous cherchons aussi à identifier les valeurs susceptibles de voir leur statut boursier se revaloriser et/ou leurs bénéfices revus à la hausse par rapport aux prévisions du marché…

Des exemples de thématiques porteuses ?

S.F : Prenons la thématique de la numérisation de l’économie. Nous avons identifié depuis plusieurs années une très belle valeur comme Ingenico ainsi qu’une société comme Solutions 30. Avec le compteur intelligent Linky, Solutions 30 devrait prochainement remporter une partie de ce gigantesque contrat  de près de  4 milliards d’euros. Cette société va changer de taille. Le dirigeant Gianbeppi Fortis a prouvé sa double compétence de bon gestionnaire et de visionnaire disposant d’une stratégie claire.

Quel profil type de manageur a votre préférence ?

S.F : Il existe selon nous quatre catégories de manageurs : les « bâtisseurs », les « dauphins », les « parachutés » et les « héritiers ». Sans surprise, les « bâtisseurs » ressortent comme les dirigeants les plus performants : Ils ont porté le projet de l’entreprise souvent depuis le début et sont impliqués financièrement dans l’entreprise. Sur dix ans, nous avons remarqué que les profils « bâtisseurs » réalisent une performance annualisée moyenne (net return) de 8,2% et les « dauphins » de 7,7% (+5,3% pour le Cac 40). Concernant la progression du chiffre d’affaires sur dix ans, les « bâtisseurs » réalisent une croissance de 205% de leur chiffre d’affaires et les « dauphins » de 59%. Ces deux profils « bâtisseurs » et « dauphins » ont représenté 2/3 de notre portefeuille en moyenne sur la période.

Parmi les valeurs du Cac 40, qui sont justement les manageurs actuels les plus performants ? Ceux qui « méritent » vraiment leur salaire ?

S.F : Globalement, les entreprises du Cac 40 ont réussi le virage de l’internationalisation en allant chercher la croissance là où elle se trouve. Pour donner des exemples, je citerais d’abord Carlos Ghosn dont la stratégie engagée à la tête de Renault s’est révélée efficiente. Dans la gamme low cost, le positionnement de Dacia s’est ainsi révélé particulièrement performant. Mais ne nous arrêtons pas au Cac 40… Nous apprécions également Jean-Pierre Clamadieu qui fait un très bon travail à la tête du chimiste Solvay ainsi que Paul Hermelin qui a fait de Cap Gemini un leader mondial des services informatiques en privilégiant l’outsourcing. Dans la catégorie des parachutés qui ont réussi, je voudrais mentionner Philippe Salle, qui a redressé magnifiquement Altran et qui va diriger Elior, le spécialiste de la restauration collective.

Propos recueillis par Julien Gautier

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M686425 le jeudi 7 mai 2015 à 10:35

    oups dividendes réinvestis, mon erreur

  • M686425 le jeudi 7 mai 2015 à 10:12

    Comparer la performance d'un indice dans lequel les dividendes ne sont inclus et un fonds qui lui touche bien les dividendes, il fallait oser le faire...