L'interview de Laurent Dobler (Comgest) : « En 2013, la liquidité va se porter sur les actions »

Boursorama le 06/12/2012 à 15:30
11
Les actions restent sous-pondérées et offrent des rendements meilleurs que les obligations d'Etat. En 2013, les entreprises européennes en croissance sont à privilégier selon Laurent Dobler, responsable de la gestion européenne chez Comgest.

Faut-il revenir sur les marchés actions en 2013 ?

Laurent Dobler : Aujourd’hui, le risque concerne davantage les dettes souveraines et les valeurs bancaires, soutenues artificiellement par les banques centrales, que les titres des entreprises bien gérées. Après la folie de la bulle internet en 2000, nous sommes entrés dans la bulle de la sécurité ainsi que vous l’a indiqué ma collègue Céline Piquemal. En conservant des obligations d’Etat de 10 ans jusqu’à leur échéance, on est pratiquement assuré d’une perte en terme réels. Nous sommes passés d’une situation de taux sans risque (dettes souveraines avant la crise) à un risque sans taux de rendement selon l’expression de Vincent Strauss, président de Comgest (l’emprunt d’Etat français n’a jamais coûté aussi peu cher). Depuis la mi-2008, 506 milliards de dollars ont été sortis des fonds actions alors que 928 milliards ont été investis sur les obligations. C’est le fruit de dix ans de taux d’intérêt réels négatifs. Les actions sont donc très sous pondérées et offrent des rendements meilleurs que les obligations d’Etat. Comme l’économie réelle ne reprend que faiblement, la liquidité va se porter encore sur les actions.

Certes, les actions restent peu valorisées mais les perspectives de l’économie européenne sont moroses pour 2013. Pourquoi investir sur les actions des entreprises du Vieux continent au détriment d’autres zones géographiques ?

L.D : Aujourd’hui dans une économie réellement mondialisée, les grandes entreprises cotées ont depuis longtemps coupé le cordon ombilical avec leur zone d’origine. Il faut à mon avis raisonner titre par titre. Nous avons un univers de titres européens qui ont tous une vocation globale et qui est suffisamment vaste pour y trouver un groupe de sociétés marathoniennes capables de créer de la valeur à long terme dans des secteurs très divers. Elles ne dépendent plus du PIB de l’Europe. Si on regarde leur croissance interne de CA au premier semestre 2012, ce qui constitue leur « PIB », elles ont cru à 8.8%, ce qui est supérieur à la croissance chinoise sur la même période.

Comment sélectionnez-vous vos valeurs en portefeuille ?

L.D : Notre univers d’investissement compte environ 75 valeurs européennes. Ensuite, chaque gérant construit son portefeuille avec près de 30 valeurs et un faible turnover annuel (environ 30%). Les sociétés que nous détenons vont continuer d’afficher de la croissance en 2013. Depuis 25 ans, notre philosophie est restée la même. Nous recherchons des sociétés de qualité exceptionnelles ayant des avantages compétitifs durables présentant une croissance des bénéfices par action (BPA) à deux chiffres sur un horizon de cinq ans au moins. Nous accordons également une grande importance à la qualité du management.

Vos valeurs favorites ?

L.D : Pour la période 2005-2012, notre palmarès des cinq valeurs européennes qui ont le plus contribué à la performance est composé d’Inditex (le groupe textile espagnol qui possède notamment Zara), de Coloplast, de Novo Nordisk, d’Essilor et de H&M. Ces sociétés poursuivent leur expansion géographique (+10% de nouveaux magasins par an pour Inditex et H&M) et ne cessent d’innover (nouvelle insuline à action prolongée pour Novo Nordisk et nouveaux verres progressifs d’Essilor).

Des mouvements récents significatifs ?

L.D : Oui, nous avons rentré la société suédoise Elekta (n°2 en équipement de radiothérapie pour le traitement du cancer), Gemalto, Prada et le britannique ARM (concepteur de puces informatiques centré sur les technologies à faible consommation). Nous avons également renforcé Iliad (Free), Inditex, Nestlé etc.

Selon vous, on peut surperformer les indices en Europe pourvu que l’on sélectionne des belles valeurs de croissance...

L.D : Exactement mais attention toutefois à ne pas se focaliser uniquement sur les perspectives de croissance à court terme. Une croissance durable à deux chiffres ne suffit pas à créer de la valeur en Bourse pour l’actionnaire. Nous gardons une approche « value » dans tous nos portefeuilles. Il faut acheter au meilleur prix mais seul un investissement de long terme permet de créer de la valeur. Le meilleur exemple, c’est Coca-Cola et ses 93 ans de croissance ininterrompue ! Depuis 1920, leur croissance annuelle moyenne du BPA s’élève à 10,2% et le titre affiche une progression annuelle moyenne de 10,3% !

Propos recueillis par Julien Gautier

Valeur(s) associée(s)
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Réagir 11
A lire aussi

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7650121 le lundi 10 déc 2012 à 13:03

    Il me fait penser au petit Guillaume qui se fait incendier tout les mardi sur BFM business par Olivier Delamarche, lequel gérant chez Platinium Gestion qui vise un CAC à 2000 point sur moyen terme. Pour faire simple, en ce moment le but n'est pas de trouver des placements rémunérateurs , c'est surtout de sécuriser son patrimoine. Pourquoi les obligation Allemande à taux négatif attirent encore du monde, si ce n'est pas pour la solidité du Bund (a mon avis surfaite... cf TARGET2)

  • dcaous le dimanche 9 déc 2012 à 14:32

    Qu'est ce qu'il ne faut pas lire comme âneries pour essayer de ramener au bercail tous les petits actionnaires volés (parfois ruinés) par les maffias de la finance, traders, robots, etc., depuis 2008. Ces petits actionnaires qui, depuis belle lurette ont comme moi déserté la Bourse, investi dans la pierre et consolidé leur épargne traditionnelle, épargne vie, épargne retraite.Deuxième interview sur ce thème depuis une semaine et aussi risible, ridicule ! Qu'est ce qu'il ne faut pas lire !

  • idem12 le vendredi 7 déc 2012 à 18:58

    Ils me font penser aux météorologistes : incapables de prédire le temps qu'il fait mais font des prévisions sur 15 jours....

  • M2522665 le vendredi 7 déc 2012 à 11:09

    Comment s'appelle le fond géré par Monsieur Dobler ? Comgest ? comment fait-on pour l'acheter ? Merci

  • M2522665 le vendredi 7 déc 2012 à 10:40

    idem pour Coloplast COLOPLAST Magnifique graphe mais titre non accessible par Boursorama .Quelqu'un a t-il une explication ? une solution ?

  • M2522665 le vendredi 7 déc 2012 à 10:15

    Ce qui est désarmant, c'est que deux des excellents titres que mentionne monsieur Dobler, ne sont pas négociables chez Boursorama, à savoir Inditex et H&M . J'aimerais bien savoir pourquoi exactement . Boursorama ne m'ont pas donné d'explications claires et c'est trés frustrant .

  • teboulth le vendredi 7 déc 2012 à 09:53

    peut etre devriez vous changer de métier, non? votre poussière de savoir vieille de 70 ans va couter à vos clients beaucoup d'argent, mais peut être savez vous quelquechose que nous ne savons pas? je me permettrrais de vous donner un seul et unique conseil: ANTICIPEZ VOTRE RETRAITE et arrêter de nous vendre des conseils inutiles et surtout infondés!

  • 22329524 le vendredi 7 déc 2012 à 09:41

    Il pourrait nous conseiller GDF SUEZ qui vient d'imploser ;-) ?

  • 22329524 le vendredi 7 déc 2012 à 09:41

    "hadock4" vous avez tout compris : ils ne savent rien, autant miser sur Mieux Vivre Votre Argent pour 15 Euros par An ....

  • roll4eur le jeudi 6 déc 2012 à 19:04

    Position AMF svp ?