L'interview de Jean-Pascal Rolandez (The LT Funds) : « Une belle opportunité de revenir à l'achat sur les marchés européens »

le
5

Le marché chinois est revenu à ses niveaux de la fin de l'année 2014.
Le marché chinois est revenu à ses niveaux de la fin de l'année 2014.

Après un lundi noir où les investisseurs semblent avoir cédé à la panique, il faut reprendre ses esprits. Sans être exubérante, la croissance mondiale est là et le repli récent constitue une opportunité de revenir à l’achat selon Jean-Pascal Rolandez, président de la société de gestion, basée à Genève, The L.T Funds et gérant du fonds Ulysses LT Funds European General.

La Chine est désormais au cœur d’une violente tempête boursière qui s’est accélérée lundi sur toutes les places mondiales (Cac 40 en chute de 5,45%). Purge provisoire ou krach durable qui va laisser des traces ?

Jean-Pascal Rolandez : C’est une purge provisoire favorisée par le fait que la plupart des grands investisseurs institutionnels sont encore en période estivale. Du coup, les hedge funds s’en donnent à cœur joie en s’engouffrant dans la brèche, et des mains faibles liquident un peu trop rapidement leurs ETFs. Il faut toutefois rappeler la hausse de 50% du marché chinois au cours des six premiers mois de l’année. Nous sommes ainsi revenus aux niveaux de la fin de l’année 2014, ce qui permet de relativiser l’ampleur de la baisse récente. Ce n’est surtout pas le moment de céder à la panique.

Comment expliquez-vous la relative passivité des autorités chinoises, malgré certaines mesures techniques prises le week-end dernier, face à cette décrue boursière violente et les inquiétudes du monde entier sur le niveau réel de la croissance chinoise ?

J-P.R : Je l’explique par l’inexpérience des autorités boursières qui n’ont jamais eu à faire face à une telle situation. Les interrogations sur la croissance chinoise sont légitimes mais compte tenu de la taille désormais atteinte par l’économie, la Chine ne peut pas continuer à croître de 8% par an, ni même de 6%. Aujourd’hui, les investisseurs paniquent parce qu’on parle d’une croissance de 4%. Certains s’en satisferaient bien ! D’autant qu’une partie non négligeable de l’économie chinoise ne fait rien d’autre que de la transformation de matières premières pour satisfaire la demande des pays développés. Or, que voit-on ? Une demande américaine vigoureuse, saine,  sans exubérance et une économie européenne en redémarrage. N’est-ce pas une situation rassurante ?

Certes, mais les inquiétudes des investisseurs s’appuient tout de même sur le constat légitime que la croissance mondiale manque de catalyseurs aujourd’hui…

J-P.R : Il y a simplement des exubérances en cours de correction (actions chinoises, Nasdaq) mais le fait principal est là : l’économie américaine va bien. Quant à l’Europe, elle se redresse à l’instar de l’Espagne ou de l’Italie. Même la situation de la France se stabilise. Pourquoi s’inquiéter d’une économie mondiale bien orientée, sans être évidemment euphorique. A ce titre, je pense que la correction boursière en cours est une excellente opportunité pour revenir sur les marchés actions européens à bon compte. Malheureusement comme le dit Warren Buffett, « le marché action est le seul marché qui, en période de soldes, ne trouve pas d’acheteurs ! ». Quand le marché était plus cher de 15%, les investisseurs restaient à l’achat. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Aujourd’hui, les niveaux de valorisations sont très attractifs par rapport aux marchés obligataires. Les bénéfices des sociétés sont robustes et les entreprises assez saines pour revenir à l’achat en Europe. Nous dépendons d’ailleurs beaucoup plus de la situation économique américaine que chinoise. Cela nous amène à penser que les marchés européens développent ces jours-ci des « troubles de la personnalité ». 

Quelles valeurs privilégier dans ce contexte toutefois compliqué marqué par une forte volatilité ?

J-P.R : Parmi mes valeurs favorites, je reste à l’achat sur l’équipementier automobile français Valeo ou la société de travail temporaire Synergie qui reste décotée de 50% par rapport aux valeurs de son secteur en Europe. Mais en cette période de « soldes » estivales, j’en profite surtout pour me renforcer sur Sodexo. Le spécialiste de la restauration collective est faiblement exposé aux pays émergents et bénéficie de tendances favorables de long terme. Avec une croissance de 5% par an et un nettoyage de son portefeuille de contrats peu rentables qui ont pesé sur sa rentabilité, Sodexo a les moyens de conforter ses marges robustes. 

Et parmi les small&midcaps françaises ? Une pépite à acheter ou renforcer ?

J-P.R : Je choisirais Bastide Le Confort Médical. Spécialiste de l’hospitalisation à domicile, la société est bien gérée, profite d’une croissance régulière et reste très décotée par rapport à ses fondamentaux à long terme.

Propos recueillis par Julien Gautier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M107412 le mercredi 26 aout 2015 à 17:17

    Le bas de la crémaillère n'est pas atteint. JPR va encaisser ses moins values et surtout ne pas maintenir le cours de son portefeuille .

  • audurea6 le mardi 25 aout 2015 à 20:46

    Attends tu va voir en septemdre le grand BOUM

  • M9827504 le mardi 25 aout 2015 à 18:19

    Comment reconnaître un expert des marchés financiers? On ne le connait pas et il garde ses avis pour lui. Tous ceux que l'on voit dans les médias sont des clows. L'inepsie de leurs conseils les oblige à continuer à faire leurs piges. Les derniers jours en sont un bon exemple.

  • M4358281 le mardi 25 aout 2015 à 16:32

    il faut reconnaitre que beaucoup de gérants sont revenus précipitamment pour faire le plein

  • guerber3 le mardi 25 aout 2015 à 16:32

    Que sait-il de plus que nous ?...ce genre d' individu ne perd jamais de temps pour vous faire les poches...!