L'interview de Jean-Pascal Rolandez (The L.T. Funds) : « J'anticipe une baisse de 10 à 15% des indices d'ici la fin de l'année »

le
42
L'euphorie boursière de l'été est trompeuse selon Jean-Pascal Rolandez, président de The L.T.Funds, une société basée à Genève qui pratique la gestion de très long terme (« buy and hold »). L'Europe et le Japon pourraient réveiller les craintes des investisseurs après la rentrée.

Cet été, l'optimisme était de mise sur les marchés actions. Le Cac 40 paraît solidement amarré au-dessus des 4.000 points. Calme trompeur ou tendance foncièrement durable ?

Jean-Pascal Rolandez : Je pencherais plutôt pour un calme trompeur. Si le retour de la croissance américaine est bien une réalité, la zone euro n'est pas sortie de son marasme et les pays émergents montrent des signes d'essoufflement. Je suis également particulièrement préoccupé par la situation du Japon. Avec les « Abenomics », les dirigeants japonais pratiquent une politique de fuite en avant. La moitié du budget japonais est désormais consacré au paiement des intérêts de la dette (avec un taux à 10 ans de 0,7%). La prise de conscience des marchés quant à cette situation financière périlleuse est toutefois très progressive. Elle a commencé avec la baisse du yen mais le risque est réel pour l'ensemble des investisseurs mondiaux.

La crise de la zone euro est-elle vraiment derrière nous alors qu'une nouvelle aide à la Grèce semble se dessiner ?

J-P.R : La crise de la zone euro est derrière nous, sauf si la France ne parvient pas à contenir son lourd endettement et son déficit budgétaire. Concernant ce dernier, il y a un an, le gouvernement pensait tenir résolument la barre des 3% cette année. La dernière prévision ressortait à 4,3% en juin sachant que l'an dernier, le déficit est ressorti à 4,8%. Par ailleurs, la France n'a pas encore engagé de véritables réformes de structure. Le temps presse : le ratio dette/PIB atteinte désormais 94% contre 60% avant la crise. L'Italie, le Portugal ou l'Espagne ont déployé des efforts sans commune mesure par rapport à la France et commencent à recueillir les fruits de leurs efforts. Comme dans le cas du Japon, la prise de conscience de cette situation par la communauté financière n'est que progressive.

Il y a un an, Air Liquide, Sodexo et la société suisse SGS (Société Générale de Surveillance) constituaient vos trois plus fortes pondérations. Et aujourd'hui ?

J-P.R : Compte tenu de sa valorisation élevée, la pondération de SGS a été diluée. Mes trois premières positions sont désormais Air Liquide, Sodexo et le brasseur danois Carlsberg.

Un achat récent ?

J-P.R : Nous avons entré Nestlé en portefeuille, compte tenu de sa valorisation raisonnable et de l'excellence de la stratégie (bonne diversification géographique et par produits etc.).

Votre opinion sur les valeurs bancaires qui ont connu un été particulièrement flamboyant ?

J-P.R : Les dernières publications ont été en effet largement saluées par le marché mais elles ne signifient qu'un retour à la normale après une période de provisions massives et des changements réglementaires profonds. Cependant, le redressement de leurs comptes n'est pas vraiment lié à l'amélioration de la conjoncture économique.

Une prévision pour les indices européens ?

J-P.R : J'anticipe un risque significatif de correction de 10 à 15% d'ici la fin de l'année. Ces dernières semaines, les marchés européens ont monté pour des raisons psychologiques laissant penser que la reprise était déjà installée mais cette hausse ne s'appuie pas sur une progression tangible des résultats des entreprises. Les chefs d'entreprises n'anticipent d'ailleurs pas vraiment d'amélioration de la situation au deuxième semestre.

Quand pourrait intervenir cette correction selon vous ?

J-P.R : Elle pourrait arriver rapidement, mais probablement pas avant la fin septembre. Les investisseurs attendent des éclaircissements sur la situation économique européenne, le résultat des élections allemandes (22 septembre) ou encore sur la réalité du déficit budgétaire français en 2013

Propos recueillis par Julien Gautier


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1903733 le lundi 21 oct 2013 à 19:42

    Hi hi hi c'est comme touati ossi

  • titide le vendredi 20 sept 2013 à 10:57

    allez vous nous mettre cette inteview daibile encore longtemps ?????????

  • t_n_t le vendredi 20 sept 2013 à 10:08

    qu'en sais tu du C_O_N ?...

  • vaivre le lundi 16 sept 2013 à 17:18

    son sourire pincé, mais toujours là...

  • PP4512 le vendredi 6 sept 2013 à 10:41

    Que valent les previsions de ceux dont le metier est,entre autres , de profiter des erreurs des autres ?

  • titide le vendredi 30 aout 2013 à 10:03

    tout le monde dit que çà va bien sauf lui !!!!!!!!!bizarre!!et bourso le passe sans arret ????

  • titide le vendredi 30 aout 2013 à 10:00

    pourquoi cet article passe en boucle !!!

  • egoutten le mercredi 28 aout 2013 à 17:10

    vous pouvez virer cette face de noeud de la 1ère page bourso ? merci

  • idem12 le dimanche 25 aout 2013 à 13:12

    sans visage pardon :)

  • idem12 le dimanche 25 aout 2013 à 13:12

    hé oui psdi François est aux ordres de l'ennemi dans visage, comme son prédécesseur...