L'interview de Jean-Marie Mercadal (OFI AM) : « Nous sommes redevenus positifs sur les actions européennes »

le
8

 

 

La baisse de l'euro par rapport au dollar devrait continuer de soutenir les marchés européens selon Jean-Marie Mercadal (OFI AM)
La baisse de l'euro par rapport au dollar devrait continuer de soutenir les marchés européens selon Jean-Marie Mercadal (OFI AM)

 

La baisse de l'euro par rapport au dollar va se poursuivre. Après la correction estivale, il est encore temps de se positionner sur les marchés actions européens selon Jean-Marie Mercadal, directeur de la gestion chez OFI AM.

OFI AM redevient positif sur les marchés actions. Pourquoi ?

Jean-Marie Mercadal : En effet, nous sommes positifs sur les actions. En juin, la hausse des marchés, des révisions à la baisse sur les bénéfices et les tensions géopolitiques nous avaient conduits à faire preuve de plus de prudence. Pendant l'été, nous avons assisté à une correction qui a atteint près de 10% sur les marchés européens. Or, les taux souverains ont continué de baisser, les évènements géopolitiques ont eu un impact limité sur les marchés et la BCE a poursuivi sa politique « pro-active », notamment avec la réunion du 5 septembre (nouvelles mesures non conventionnelles, baisse des taux). Cela nous pousse à redevenir très positifs sur les actions...

La hausse des marchés reste toujours très liée à l'action des banques centrales. Or, au moment où la BCE amplifie ses politiques non conventionnelles, la Fed met fin en douceur au programme QE3 et prépare les esprits à une remontée des taux en 2015 même si le discours reste très accommodant. Une bonne nouvelle pour les marchés européens ?

J-M.M : Effectivement. La divergence des politiques monétaires entre les Etats-Unis et l'Europe pousse l'euro à la baisse par rapport au dollar. Cela représente un vrai catalyseur pour les entreprises européennes. D'autant qu'en Europe, la saison des résultats a été mitigée cet été alors que les entreprises du S&P ont réalisé d'excellentes performances en matière de chiffre d'affaires et de bénéfices trimestriels. Ce qui nous laisse penser que les prochains mois seront meilleurs pour les sociétés européennes. Les marchés devront toutefois gérer deux grands risques : un changement d'orientation de la politique monétaire aux Etats-Unis même si l'on peut compter sur Janet Yellen pour préparer les marchés en douceur à une remontée des taux en 2015. Le consensus attend cette remontée à la mi-2015. L'autre épée de Damoclès suspendu au-dessus des marchés serait un atterrissage trop brutal de l'économie chinoise qui pourrait avoir des conséquences imprévues si la demande chinoise venait à chuter.

En attendant cette remontée des taux outre-Atlantique, où se positionner de préférence ?

J-M.M : Les valeurs américaines côtoient des niveaux historiques. Certes, les indices américains sont plus riches en valeurs de croissance (valeurs technologiques notamment) mais elles deviennent quand même un peu chères avec des PER autour de 16,5-17 pour le S&P500. Du côté des marchés européens, les PER restent à des niveaux plus raisonnables, autour de 14-15. Les récentes mesures non conventionnelles annoncées par Mario Draghi début septembre devraient continuer à pousser l'euro à la baisse, vers les 1,20 dollar. Nous privilégions ainsi les marchés européens. Ne négligeons pas également les actions des pays émergents dont la décote est désormais estimée entre 20 et 25%.

Quels types de valeurs privilégiez-vous en Europe ?

J-M.M : Les grandes valeurs exportatrices industrielles et de croissance.

Propos recueillis par Julien Gautier

 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4358281 le lundi 29 sept 2014 à 16:27

    et le CAC à 4600 en fin d'année ..? je note je note ..

  • M4358281 le vendredi 26 sept 2014 à 14:55

    un peu optimiste le gars

  • guerber3 le vendredi 26 sept 2014 à 11:13

    Il est pas beau mon poisson???

  • daoviet le vendredi 26 sept 2014 à 10:37

    directeur de gestion ... il faut faire pont ou x mines pour dire "Etant donné le contexte, le marché a intégré les mauvaises nouvelles géopolitiques, nous devenons positifs sur ... les idioties dont j'ai été formatté à dire" . 6000 eur nets mensuels ..

  • zunski le vendredi 26 sept 2014 à 10:10

    Encore un "bon"....au m2 , la finance pro se distingue par une réelle bêtise et prétention...

  • M2667979 le jeudi 25 sept 2014 à 21:39

    Tout a fait d'acccord, il a quelque chose à vendre. Et je pense qu'il doit faire le contraire de ce qu'il dit.

  • AND.KOTE le jeudi 25 sept 2014 à 19:01

    Effectivement il a quelquechose a vendre pour sortir de telles inepties

  • guerber3 le jeudi 25 sept 2014 à 12:32

    Quand on interroge un vendeur d 'actions, on est sûr de la réponse...!