L'interview de Christian Parisot (Aurel BGC) : « La volatilité fait son grand retour »

le
10

Statistiques décevantes, risque autour d'Ebola... Les marchés broient du noir et réalisent que les banques centrales ne peuvent plus tout. La volatilité fait son retour prévient Christian Parisot, chef économiste chez Aurel BGC.

Comment interprétez-vous la forte correction boursière en cours alors que le Cac 40 clôturait jeudi en baisse de 0,54% après une séance très agitée ?

Christian Parisot : Plusieurs éléments viennent troubler la quiétude des marchés. Ces derniers réalisent que les banques centrales ne suffisent plus à les immuniser contre les mauvaises nouvelles macroéconomiques. La déception sur l'économie allemande (commandes et production industrielle) et les statistiques d'inflation très faibles en Chine ont contribué à alimenter le débat sur la déflation... Les incertitudes géopolitiques perdurent également et Ebola vient ajouter de l'anxiété. Plusieurs stratégistes américains ont publié en début de semaine des analyses sur l'impact potentiel d'Ebola sur l'activité économique (chute de la fréquentation du secteur hôtelier et des compagnies aériennes etc.). Quant à la dernière réunion des ministres des finances du G20, elle n'a pas abouti à des décisions précises mais s'est contenté de bonnes intentions sur le soutien à la croissance mondiale... Les marchés restent donc dans le vague.

Pourquoi cette défiance nouvelle envers l'action des banques centrales ?

C.P : Le phénomène a commencé lors de la dernière conférence de presse de Mario Draghi qui n'a pas annoncé de mesures supplémentaires de soutien à l'économie européenne et des chiffres précis quant au programme de rachats d'actifs. En effet, ces programmes dépendent de la réactivité des banques. Nous ne sommes pas dans le cas du QE (quantitative easing) à l'américaine. Stanley Fischer, le vice-président de la Fed, a également confirmé que l'hypothèse la plus probable était toujours celle d'une remontée des taux à la mi-2015. La stratégie de la Fed est toujours d'ancrer l'anticipation de la remontée des taux à la mi-2015 alors que les marchés voulaient encore croire à un assouplissement possible.

L'indice VIX (le fameux « indice de la peur » mesurant la volatilité des marchés) a brutalement remonté ces derniers jours. La panique peut-elle gagner les investisseurs ?

C.P : Il est clair que la dimension psychologique peut laisser la place à une sur-réaction des marchés. Maintenant, il existe des forces de rappel. Parmi elles, la baisse des prix du pétrole redonne du pouvoir d'achat aux ménages et le recul de l'euro offre un élément de soutien pour les marges des entreprises exportatrices... Les marchés vont finir par se stabiliser mais le scénario macroéconomique 2015 reste très incertain. La volatilité fait son grand retour d'autant qu'il y a moins d'intervenants sur les marchés actions car les banques ont réduit leur présence sur ce compartiment pour des raisons réglementaires. Les prochaines publications de statistiques macroéconomiques devraient s'avérer déterminantes.

Propos recueillis par Julien Gautier

 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8474396 le vendredi 17 oct 2014 à 23:23

    @berco51 : +1 Les soldes se font tarder... :)

  • mrscy le vendredi 17 oct 2014 à 18:19

    qu'il nous dise quand ? surtout

  • M4358281 le vendredi 17 oct 2014 à 10:00

    stochast ..le petit nerveux a été le seul à remuer à l'époque ..à secouer Barrosso et consorts..

  • M4358281 le vendredi 17 oct 2014 à 09:58

    Ah il y en a des experts qui causent .!!. attendre pour acheter ..OK ..il y aura des affaires à faire

  • fabooloo le vendredi 17 oct 2014 à 02:45

    Quelle blague, l'avenir parlera

  • guerber3 le jeudi 16 oct 2014 à 21:19

    43 ans de production de fausse monnaie par les Américains, de la dette irremboursable, des produits dérivés qui dérivent vraiment beaucoup...et certains croient encore qu'il s' agit de l' économie réelle...Et bien, non, la fausse monnaie servait à aller faire des guerres inutiles et à vendre des armes. Les Zombies U.S. ne sauveront pas le monde : POUTINE est en face...!

  • berco51 le jeudi 16 oct 2014 à 20:32

    6 ans de hausse avec un moteur qui a des ratés , c'est la fin du cycle haussier. Chouette le temps des soldes approche.

  • c.voyant le jeudi 16 oct 2014 à 19:27

    Et dire que beaucoup de retraites US sont placées en bourse..notre système est bien plus robuste..

  • stochast le jeudi 16 oct 2014 à 18:59

    La super-lapalissade de la volatilité... C'est comme si on disait : "C'est le retour à l'humidité" quand il se met à pleuvoir...@Kov : on assiste surtout à un découplage entre l'économie américaine et l'Europe, cette dernière étant empêtrée dans la question des déficits publics (qui ont bien grossi à cause de l'irresponsabilité de certains dirigeants politiques, à commencer par un petit nerveux qui bouge des épaules, si vous voyez ce que je veux dire...)

  • v.gehres le jeudi 16 oct 2014 à 18:00

    Ça c'est sur qu'à force il y aura moins d' intervenants sur les marchés actions....