L'interview de Catherine Garrigues (Allianz GI) : « Les opérateurs télécoms pourraient sortir du purgatoire »

le
15
La recherche de rendement et des valorisations toujours attrayantes malgré la hausse plaident en faveur des actions. Certains secteurs comme les opérateurs télécoms pourraient sortir de leur long purgatoire estime Catherine Garrigues, responsable gestion Actions Europe chez Allianz Global Investors.

La hausse des marchés actions est-elle durable ?

Catherine Garrigues : Globalement, nous sommes dans un marché haussier (« bull market »). Les attentes bénéficiaires des entreprises restent modestes et pourraient surprendre à la hausse. D'autant que la recherche de rendements, très faible sur les autres classes d'actifs, pousse les investisseurs à s'intéresser à nouveau aux actions.

Quels types de valeurs ont votre préférence ?

C.G : Depuis 2008, les flux s'orientent vers des sociétés que nous appellerons les « champions du monde » qui allient croissance rentable et visibilité. Ces valeurs diversifiées géographiquement et bien positionnées au sein de leur industrie restent relativement insensibles au cycle, distribuent un dividende visible et en croissance. Elles se financent par ailleurs à des taux très bas. On retrouve dans cette catégorie des valeurs comme Nestlé, Sanofi, Unibail...

N'y a-t-il pas justement un risque à investir sur des sociétés déjà fortement prisées par les marchés ?

C.G : Non si l'on se réfère au « Nifty Fifty », ce groupe d'une cinquantaine de valeurs de croissance américaines qui ont surperformé le marché pendant huit ans, de 1964 à 1972, une période boursière sans réelle tendance. Pourquoi ? Parce qu'elles ont offert un excès de croissance aussi bien en haut qu'en bas de cycle. La fin de cette surperformance boursière a coïncidé avec la disparition du surcroît de croissance.

Concernant les « champions » actuels, cette surperformance peut-elle justement se poursuivre ?

C.G : Depuis 2008, et jusqu'à présent, le comportement relatif de ces « champions » est parfaitement justifié car ils génèrent davantage de croissance. Or, malgré la hausse constatée depuis cinq ans, leur valorisation par le Price to book ne montre pas, sur longue période, de surévaluation. Leur performance a évolué, en moyenne, en ligne avec leur taux de croissance.

Et hormis ces solides valeurs de croissance, quels secteurs sont à privilégier ?

C.G : Les opérateurs télécoms sont peut-être en train de sortir du purgatoire après une décennie difficile, où l'environnement réglementaire s'est révélé très négatif. Cette contrainte n'a pas favorisé les investissements et l'Europe a ainsi accumulé un certain retard dans ce domaine. Même si ces groupes ne génèrent pas aujourd'hui une rentabilité suffisante, nous pensons qu'ils pourraient bénéficier d'un nouveau cadre réglementaire plus favorable. A l'inverse des utilities ou des majors pétrolières, le secteur des télécoms sera en mesure de couvrir la distribution des dividendes grâce à sa génération de trésorerie. Fortement chahuté par la crise, le secteur bancaire redevient également attractif. Le niveau des fonds propres par action du secteur a retrouvé celui de 2007 et le consensus prévoit une remontée du taux de distribution du dividende.

Propos recueillis par Julien Gautier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lorant21 le jeudi 13 juin 2013 à 15:15

    Tout le secteur est en berne pour 10 ans. la comm sur IP va tout bouffer.

  • sprevos5 le jeudi 13 juin 2013 à 11:19

    Venez mes petits, achetez de jolies actions, c'est pas cher, elles ne peuvent que monter, venez venez....

  • fmaury13 le jeudi 13 juin 2013 à 10:41

    Tjs autant de pessimiste sur un blog de bourse ! J'avoue que cela reste un mystère pour moiAllez à la pêche et placer tout sur un livret vous éviterez de vous faire peur et peut être de prendre des médoc anti stress non ?

  • guerber3 le jeudi 13 juin 2013 à 10:22

    Elle a une bonne tête de " vendeuse", elle a tout faux, mais c'est son gagne-pain, alors on l'excuse!!!

  • paumont1 le jeudi 13 juin 2013 à 09:03

    je craint que le marché ne lui ait déjà donné tort...

  • jflo2 le jeudi 13 juin 2013 à 08:58

    Elle arrive le bon jour!!! lol

  • TurbHaut le mercredi 12 juin 2013 à 18:36

    Elle est pas mal, la petite.Et en plus elle ne dit pas que des c.nneries, ce qui ne gâte rien. (AMF, suis a fond sur ALU)

  • M9872175 le mercredi 12 juin 2013 à 16:28

    Rien compris fortunos et egouttenL'objectif du fonds est de surperformer un benchmark de reference comme tout long-only et en l'occurence c'est le casEt je te confirme Egoutten que les actions européennes sont faiblement valorise au regard des PE en termes de prime de risque versus marché obligataire, high yield et action US mais bon t'es du genre qui ne regarde que le CAC avec des oeillères

  • fortunos le mercredi 12 juin 2013 à 15:32

    Je viens d examiner les perfs des fonds de cet bancassurance et en moyenne ils perdent autour de 25 % sur les 5 dernieres années,je ne ferais par d autre commentaires,les chiffres sont assez cruels pour ces conseillers

  • fortunos le mercredi 12 juin 2013 à 15:31

    Je viens d examiner les perfs des fonds de cet bancassurance et en moyenne ils perdent autour de 25 %,je ne ferais par d autre commentaires,les chiffres sont cruels pour ces conseillers