L'interview de Benoit Faure-Jarrosson (Invest Securities) : « Les foncières profitent de la faiblesse des taux d'intérêt »

le
0

Les foncières commerciales ont tendance à privilégier les gros actifs estime Benoit Faure-Jarrosson (Invest Securities)
Les foncières commerciales ont tendance à privilégier les gros actifs estime Benoit Faure-Jarrosson (Invest Securities)

Si la conjoncture reste difficile pour les foncières cotées, ces dernières profitent de la faiblesse des taux d'intérêt, ce qui ne les dispense pas de renouveler leur offre et de se restructurer estime Benoit Faure-Jarrosson, analyste financier chez Invest Securities, responsable du secteur immobilier.

Quelles sont les tendances actuelles sur le marché de l'immobilier coté ?

 Benoit Faure-Jarrosson : Dans l'immobilier de bureaux, la tendance est négative sur les loyers en Ile-de-France mais cela n'impacte pas encore trop les résultats des foncières cotées en raison de la longueur des baux. Pour les locaux commerciaux, les incertitudes à long terme s'accumulent et obligent les foncières à renouveler leur offre. Les foncières profitent toutefois de la faiblesse des taux d'intérêt. Globalement, on observe que les résultats publiés sont stables bien qu'il existe un certain écart entre celles, à l'instar d'Unibail, qui continuent à générer de la croissance et les foncières de bureaux qui éprouvent plus de difficultés dans le contexte actuel.

 Justement, comment les foncières renouvellent leur offre ?

 B.F-J : Les foncière spécialisées dans le commerce organisent leur concentration autour des gros actifs, ce qui donne lieu à des ventes d'actifs petits ou moyens chez Unibail, Klepierre, Mercialys. Concernant les foncières de bureaux, les entreprises plébiscitent davantage les sites de grandes tailles répondant à leur croissance,  phénomène illustré par l'essor des « campus » privés. Avec l'irruption des nouvelles technologies qui réduisent les besoins de déplacements, les grandes entreprises peuvent s'éloigner de Paris et de La Défense pour s'installer sur de grands sites (plus de 30.000 m2) construits sur demande. Actuellement, 16 projets augmentent le parc de 2,5%. Ces déménagements sont aussi un moyen pour ces groupes de restructurer et de diminuer leurs effectifs.

 Une liste de valeurs à mettre en portefeuille ?

B.F-J : Rappelons en préalable que les foncières cotées avec le statut SIIC ne sont pas éligibles au PEA. La qualité des actifs et du management sont évidemment primordiales pour faire son choix. Prenons l'exemple de Foncière des Murs qui offre un rendement élevé (6,7% avec un dividende de 1,55 euro). Moins valorisé qu'Accor, la foncière qui détient une partie des murs de ses hôtels présente pourtant un profil moins risqué. Patrimoine et Commerce s'est spécialisée dans le « retail » plutôt bon marché, en périphérie des grandes villes. Elle est valorisée 11 fois les profits et le management a promis d'augmenter le dividende au cours des prochaines années. On espère 1,15 euro au titre de l'exercice 2016 (5,5% de rendement). Enfin, je citerais la foncière Paref évaluée à 9 fois ses profits et qui offre 6,5% de rendement. Paref exploite des bureaux situés principalement en banlieue parisienne et exerce aussi une activité de gestion locative pour compte de tiers.


Propos recueillis par Julien Gautier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant