L'interview d'Olivier Flornoy (Flornoy & Associés Gestion) : ''Nous restons positionnés sur les valeurs cycliques''

le , mis à jour à 18:25
2

Malgré le dossier grec, ''nous n'avons pas de soucis à nous faire dans une optique de long terme'', estime Olivier Flornoy.
Malgré le dossier grec, ''nous n'avons pas de soucis à nous faire dans une optique de long terme'', estime Olivier Flornoy.

Malgré la crise grecque, les « trois moteurs » de la zone euro fonctionnent encore. Les marchés actions devraient rester bien orientés. Parmi les valeurs familiales à privilégier, le gérant Olivier Flornoy privilégie Lafarge, Bolloré ou encore Solvay.

Les craintes d’un Grexit sont à nouveau dans toutes les têtes alors que les négociations entre le gouvernement Tsipras et les créanciers de la Grèce sont dans l’impasse. Faut-il faire preuve de prudence ou en profiter pour renforcer son exposition aux actions ?

Olivier Flornoy : Les marchés s’interrogent, la volatilité est plus forte mais nous n’avons pas de soucis à nous faire dans une optique de long terme. Les replis récents offrent des points d’entrée intéressants aux investisseurs. Bien sûr, il ne faudrait pas que la reprise soit remise en question mais ce n’est pas le scénario retenu. La poche actions de notre fonds Flornoy Allocation atteint d’ailleurs 45%, tout proche de son  niveau  maximum de 50%, ce qui traduit notre confiance actuelle dans l’évolution des marchés… Quant à Flornoy Valeurs familiales, c’est un fonds actions  éligible au PEA actuellement investi  à près de 100%. Depuis quelques semaines, nous adoptons un biais plutôt favorable aux valeurs cycliques.

Vous restez confiant sur les marchés actions. Quels secteurs et zones géographiques sont à privilégier ?

O.F : D’abord, nous surpondérons la zone euro. Les profits des entreprises sont attendus en progression de 15% cette année. Les révisions à la hausse récentes des analystes entretiennent la confiance dans cette partie du monde malgré la crise grecque. Certes, la reprise demeure fragile mais les trois « moteurs » de la zone euro fonctionnent encore. Premier moteur, les taux… La hausse des taux longs a surpris mais ces derniers restent à des niveaux attractifs. Le deuxième moteur, le pétrole, se maintient à des niveaux raisonnables autour de 60 dollars le baril, malgré la remontée récente. Troisième moteur, la parité euro/dollar continue de favoriser les entreprises exportatrices européennes.

Des pépites à recommander ?

O.F : Il faut rester positionné sur les secteurs cycliques comme les banques ou le secteur automobile… Volkswagen et BMW sont des valeurs solides, actuellement sous-valorisées. Nous nous intéressons aussi aux sociétés familiales comme Ferrovial, une valeur de construction espagnole très présente en Grande-Bretagne et sur le continent américain, Solvay (chimie) ou Bolloré pour parier sur le dynamisme de l’activité en Afrique. N’oublions pas Holcim dont la fusion mouvementée avec Lafarge a freiné la progression du titre. La valeur reste largement sous-valorisée.

Propos recueillis par Julien Gautier

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • guerber3 le samedi 27 juin 2015 à 15:19

    Attention à vos poches, celui-là ne cache pas ses intentions...!!!

  • M3567438 le vendredi 26 juin 2015 à 17:20

    william leymergie on t'a reconnu !