L'interview d'Emmanuel Grimaud (Maximis Retraite) : « Le PEA est une niche fiscale sous-exploitée pour préparer sa retraite »

le
38

Le taux d'épargne moyen des retraités approche des 20% du revenu disponible.
Le taux d'épargne moyen des retraités approche des 20% du revenu disponible.

Pour anticiper leur retraite dans les meilleures conditions, les actifs doivent s'y préparer le plus tôt possible en privilégiant des produits de type PEA ou assurance-vie selon Emmanuel Grimaud, président de Maximis Retraite, spécialiste du conseil-retraite.

Alors que le gouvernement cherche à réduire les dépenses publiques, l'économiste Nicolas Bouzou rappelait récemment sur Boursorama que le système des retraites représente 14% de la dépense publique et qu'il serait urgent d'agir dans ce domaine. Une nouvelle réforme des retraites est-elle inévitable à terme ?

Emmanuel Grimaud : Oui car le système de répartition actuel n'est pas financé à long terme. Les Français ne cotisent pas assez tout au long de la vie, en arrivant trop tard sur le marché du travail et en partant trop tôt. D'autant que selon la CNAV, 41 années de cotisations officielles ne correspondraient en fait qu'à 36 années réellement cotisées. L'étude de plusieurs milliers de dossiers prouve que l'on s'approcherait plutôt des 33 années effectivement travaillées. Il suffit parfois d'avoir travaillé pendant trois mois pour cotiser quatre trimestres... Au final, avec l'allongement de l'espérance de vie, le déséquilibre entre les cotisations perçues et les pensions versées va s'accentuer. Selon notre deuxième baromètre Info Retraite, 93% des sondés estiment que la dernière réforme de la retraite ne résout pas le problème de financement du système de retraites en France.

Sur quels paramètres faudrait-il agir ?

E.G : L'âge légal et la durée de cotisation. Mais l'enjeu est aussi de réfléchir à mieux concilier travail et retraite. Beaucoup de futurs retraités que je rencontre me font part de leur souhait de poursuivre une activité professionnelle après 60 ans. Il faut favoriser toutes les formules permettant de travailler, à un autre rythme, après cet âge. Selon notre baromètre, 75% souhaitent mettre en place un dispositif pour un atterrissage en douceur avec un cumul emploi/retraite dans 20% des cas, une retraite progressive dans 39% des cas ou via la surcote dans 16% des cas.

En annonçant son pacte de stabilité visant à économiser 50 milliards d'euros, Manuel Valls a promis un geste pour épargner les retraités les plus modestes. La situation financière moyenne des retraités est-elle préoccupante ?

E.G : Il faut en finir avec l'idée que les retraités seraient désavantagés par rapport au reste de la population. Le sort des 700.000 allocataires du minimum vieillesse ne reflète pas la situation de beaucoup de retraités qui ont payé leur résidence principale et continuent d'épargner ! Les Français épargnent environ 15% de leur revenu disponible et ce pourcentage s'accroît après 60 ans. Le taux d'épargne des retraités avoisine 20%... Or, baisser les pensions de 15% permettrait d'économiser 45 milliards d'euros. Demander un effort aux retraités qui ne touchent pas le minimum vieillesse ne serait donc pas illogique mais les retraités ont un poids politique important. En revanche, un effort doit être fait pour les « polypensionnés » (ceux qui ont cotisé à plusieurs régimes au cours de leur vie active), qui à cotisations égales, sont désavantagés par rapport à un salarié ayant cotisé toute sa carrière au même régime.

Comment bien préparer sa retraite ? A quel âge faut-il commencer à s'en soucier ?

E.G : Le plus tôt possible. Toutefois, avant de s'engager sur des produits de type PERP, Préfon (pour les fonctionnaires) ou PERCO dont la sortie s'effectue en rente, il est préférable d'épargner via les livrets réglementés, l'assurance-vie, le PEA etc. On n'insiste pas assez sur la niche fiscale que constitue le PEA qui permet de bénéficier d'une exonération des plus-values au bout de cinq ans. Evidemment, la Bourse n'est pas toujours un long fleuve tranquille mais un futur retraité doit épargner dans une optique de long terme. Quant à l'immobilier comme produit d'investissement, sa rentabilité et les contraintes liées à la possession d'un bien loué ne rendent pas l'investissement dans la pierre forcément attractif.

Faut-il racheter des trimestres manquants ?

E.G : Oui, c'est une piste pertinente pour des salariés arrivés tard sur le marché du travail et qui n'auront pas les trimestres nécessaires pour partir avec une pension à taux plein à l'âge désiré. D'autant que s'il vous manque cinq années au moment de partir en retraite, votre pension sera amputée de 20% ! Or, le mécanisme de rachat de trimestres est intéressant dans les conditions actuelles. Il faut se dépêcher car il sera probablement réformé au cours des prochaines années.

Propos recueillis par Julien Gautier

 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3366730 le jeudi 15 mai 2014 à 18:49

    PSDI la mentalité et les commentaires de la gauche "CAVIARD" dans beaucoup d'autres post avec une vie de nantis selon ses dires ; il n'est pas à une contradiction près !

  • psdi le mercredi 14 mai 2014 à 16:34

    Je suis passé il y a quelques années sous gestion de mandat pour un de mes PEA. J'ai donné mon profil de risques et hop, on gère pour moi. Je reçois un relevé de situation à ma convenance et 2 rapports de gestion / an . Cela me suffit.

  • psdi le mercredi 14 mai 2014 à 16:20

    Je suis passé il y a quelques années sous gestion de mandat pour un de mes PEA. J'ai donné mon profil de risques et hop, on gére pour moi. Je reçois un relevé de situation à ma convenance et 2 rapport de gestion / an . Cela me suffit.

  • miez1804 le mercredi 14 mai 2014 à 16:18

    @M2711013: vous aussi vous avez remplie votre declaration d'impots? J'ai eu la desagreable sursprise la semaine derniere!!

  • miez1804 le mercredi 14 mai 2014 à 16:16

    Je ne compte pas mettre un rond sur le PEA, car si tout le monde investis via le PEA, ces k.ono.s de socialos vont bien finir par taxer les plusvalues!

  • idoine37 le mercredi 14 mai 2014 à 15:18

    un pea se gère comme un portefeuille ordinaire sauf qu'il faut un minimum de connaissances boursières. Rien n'empêche, en cas de remous, de revendre ses actions et d'attendre des jours meilleurs. Par contre je trouve que c'est une ineptie qu'en cas de retrait, le pea soit fermé à tout nouveau versement. Ce n'est pas le cas de l'av....et notamment les fonds investis sur des indices boursiers. Il faut savoir utiliser intelligemment ces placements, sinon pour les peureux, le livret A est tt indiqué

  • titide le mercredi 14 mai 2014 à 14:17

    le mieux est d'acheter des actions vous même car toutes ces société de "placements" vous pompent un max de frais sans vous apporter de plue value !

  • M2711013 le mercredi 14 mai 2014 à 14:16

    ATTENTION !!! Danger !!! dans la foulée de la fiscalisation des cotisations de mutuelles obligatoires, le gouvernement prépare pour l'an prochain la fiscalisation des cotisations de Prévoyance obligatoire ( décès et incap-inval ) puis dans un secont temps des cotisations de ... Sécurité Sociale ! vos impôts d'ici 2017 vont tripler, ( pour pouvoir augmenter le RSA ? ) la preuve ? Ces cotisations sont régies par le même art. 83 du CGI... compris ??

  • titide le mercredi 14 mai 2014 à 14:16

    ce papier est un publi reportage pour maximis retraite !!il est trompeur !!

  • renard48 le mercredi 14 mai 2014 à 11:52

    la grande inconnue de placements de toutes sortes pour la retraite est ; "combien de temps vivrais-je " !!!