L'INTERVIEW BOURSO : Patrick de la Chevardière, Directeur Financier de Total

le
0
Le prix du baril de brut a connu une très forte volatilité en 2008, atteignant le record de 147 dollars par baril en juillet avant de tomber à 35 dollars en décembre, en réaction à la crise économique. Comment cela s’est-il traduit dans les résultats de TOTAL ?

Patrick de la Chevardière : Nous avons vécu une volatilité des marchés jamais vue par le passé. Au troisième trimestre 2008 le Brent s’établissait en moyenne à 115 dollars par baril et nous affichions un résultat net ajusté de 4,1 milliards d’euros. Au quatrième trimestre 2008, le Brent s’est établi en moyenne à 55 dollars par baril et notre résultat net ajusté est en baisse de 30% à 2,9 milliards d’euros. La baisse du prix du pétrole a eu un impact sensible sur nos résultats. Il faut souligner en plus qu’au quatrième trimestre 2008 nous avons bénéficié d’un effet retard sur les prix du gaz qui étaient encore soutenus. Sur l’ensemble de l’année 2008, le prix du baril de Brent a été en moyenne de 97 dollars, niveau jamais atteint en moyenne annuelle. Notre résultat net ajusté annuel s’est élevé à 13,9 milliards d’euros, ce qui constitue un record. Incontestablement nos résultats sont très bons. Mais le monde a changé : nous sommes aujourd’hui dans un environnement avec un baril entre 40 et 45 dollars. Nos résultats 2009 ne seront donc pas comparables à ceux de 2008.

Dans un environnement économique fortement dégradé quelles sont les perspectives du Groupe pour 2009 en termes d’investissement ? Allez-vous continuer à investir au même rythme qu’en 2008 ?

Patrick de la Chevardière : Tout d’abord il faut souligner la robustesse de notre bilan : il est extrêmement solide avec un ratio dette nette sur fonds propres de 22,5%, un niveau assez bas comparé à celui de l’an dernier où nous étions à 27%. C’est forts de ce bilan solide que nous allons pouvoir aborder l’année 2009 avec suffisamment de ressources pour pouvoir continuer à investir au même niveau que l’an passé soit environ 18 milliards de dollars.

Comment les résultats de 2008 se traduisent-ils pour l’actionnaire ?

Patrick de la Chevardière : Le Conseil d’Administration va proposer à l’Assemblée Générale du 15 mai 2009, un dividende de 2,28 euros par action au titre de 2008, en hausse de 10% par rapport à 2007. Considérant l’acompte sur dividende de 1,14 euro par action versé le 19 novembre 2008, le solde de 1,14 euro par action sera mis en paiement, sous réserve de l’approbation de l’Assemblée Générale, le 22 mai 2009.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant