L'intersyndicale de Petroplus croit toujours à la reprise

le
0
L'INTERSYNDICALE DE PETROPLUS CROIT TOUJOURS À LA REPRISE
L'INTERSYNDICALE DE PETROPLUS CROIT TOUJOURS À LA REPRISE

ROUEN (Reuters) - Les syndicats de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne (Seine-Maritime) espèrent toujours une reprise du site après les déclarations du groupe libyen Murzuq Oil, qui a réaffirmé son intérêt malgré la cessation définitive de l'activité.

Le tribunal de commerce de Rouen avait sonné le 16 avril le glas des espoirs de reprise de cette raffinerie en rejetant les deux offres encore en lice, celles des groupes panaméen Netoil et de Murzuq Oil. Les lettres de licenciement des 448 salariés du site avaient dans la foulée été envoyées.

Mais le PDG de Murzuq Oil, Mabrouck Getty, a indiqué jeudi dans un communiqué que son groupe allait déposer une offre, accompagnée d'une garantie financière solide.

"Murzuq a également comme projet d'acheter à court terme deux autres raffineries pour arriver à une capacité de production de 450.000 barils/jour", ajoute le communiqué, précisant que le groupe sud-coréen Hyundai serait chargé d'effectuer les travaux de remise à niveau du site.

De son côté, l'intersyndicale de l'usine affirme soutenir les candidats à la reprise et, en premier lieu, Murzuq.

"Son projet est une chance énorme pour le site et pour les échanges entre nos deux pays", a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Lundi, à l'issue d'un comité de pilotage consacré au devenir du site, le préfet Pierre-Henry Maccioni avait estimé qu'il n'existait aucun repreneur pour la raffinerie, en précisant que cette reprise nécessitait de l'argent, du pétrole brut et un projet industriel.

Marc Parrad, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant