L'internet change l'industrie, affirme le PDG de GE

le
0
L'internet change l'industrie, affirme le PDG de GE
L'internet change l'industrie, affirme le PDG de GE

Le monde industriel est bouleversé par les réseaux d'information et la clef de la compétitivité pour les entreprises n'est plus la sous-traitance à bas coûts, a insisté mardi à Tokyo le patron du conglomérat américain General Electric (GE)."La nature de l'industrie change. Il s'opère une fusion entre la fabrication de produits et l'analyse de l'information", a déclaré Jeffrey Immelt, lors d'une conférence dans le cadre du forum Nikkei Management à Tokyo."Je suis certain que la croissance et la compétitivité des entreprises manufacturières augmentent avec l'usage combiné d'internet", a-t-il expliqué.GE est de celles-ci, qui utilise de plus en plus les techniques d'analyse de données pour amplifier et améliorer ses produits et activités."Des capteurs sont intégrés dans tous nos appareils pour recueillir des données que nous traitons. Nous sommes aussi une société d'analyse", a détaillé M. Immelt citant en exemple les moteurs d'avions ou les appareils médicaux. Si bien que, selon lui, l'un des concurrents de GE est IBM, le géant de l'informatique.Nous vivons selon lui désormais à l'ère de "l'internet industriel".Par ailleurs, la sous-traitance motivée par la baisse des coûts, c'est terminé."Dans les années 1980-90, on cherchait la main-d??uvre bon marché dans des pays éloignés, mais ce temps est révolu". La question des coûts de main-d??uvre n'est selon lui plus aussi importante, aujourd'hui ce sont la qualité des procédés de fabrication et les contrôles effectués.En outre, la connaissance du client doit guider les approches de façon très précise en fonction des pays. "A l'heure de la mondialisation, la localisation est extrêmement importante pour réussir", a-t-il dit, saluant au passage les ressources de son pays hôte, le Japon, où GE est présent depuis plus de 100 ans.En tant que constructeur de plusieurs des réacteurs de la centrale accidentée de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant