L'internationalisation des directions des entreprises européennes reste limitée

le
0

(NEWSManagers.com) - Seulement 5,6% des membres des conseils d'administration des 50 plus grandes entreprises européennes en termes de capitalisation boursière viennent des pays émergents, alors que plus de la moitié de ces sociétés réalisent au moins 20 % de leur chiffre d'affaires sur ces marchés, révèle une nouvelle étude d' Axa Investment Managers*. Exemple emblématique, L'Oréal, qui tire 62 % de son chiffre d'affaires hors d'Europe, ne compte aucun administrateur non-européen ! Pour la société de gestion française, ces chiffres montrent ?un décalage entre les ambitions des entreprises et la diversité des conseils d'administration?.

Les conseils d'administration et la direction des entreprises restent très européens, voire très nationaux. Ainsi, 84 % des membres des conseils d'administration et 76 % des cadres supérieurs sont des ressortissants européens. Et dans les deux tiers des conseils d'administration (66%), une seule nationalité constitue la majorité de ses membres.

Trois sociétés se distinguent même avec un conseil composé uniquement d'une seule nationalité! Il s'agit de la banque espagnole BBVA, qui réalise pourtant 50 % de son chiffres d'affaires en Amérique latine, soit bien plus que son marché domestique (30 %) ; de la chaîne de vêtements suédoise H&M dont le premier marché est l'Europe (32 %) et le deuxième les Etats-Unis (21 %) ; et enfin le groupe pétrolier italien Eni, qui réalise 30 % de son chiffre d'affaires en Europe et 30 % en Italie.

L'étude d' Axa IM a par ailleurs analysé la présence des femmes au sein des 50 plus grandes entreprises européennes et mis en lumière un ?effet sablier?. Ainsi, la parité entre les sexes est plus élevée en bas des organigrammes (35% des employés sont des femmes), diminue en remontant la hiérarchie vers la direction (seulement 11% des comités exécutifs incluent des femmes), pour finalement augmenter à nouveau au niveau des conseils d'administration (18% de femmes). Treize des 50 entreprises n'ont pas de cadre supérieur féminin et aucune n'a de femme directrice générale au moment de l'étude.

* Diversité dans les entreprises de l'Euro Stoxx 50 : les dirigeants à l'épreuve du futur.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant