L'interminable nuit des passagers du Paris-Nice

le
2
Un TGV (illustration).
Un TGV (illustration).

Les 250 passagers d'un TGV Paris-Nice ont passé la nuit de vendredi à samedi dans le train, arrêté en gare de Toulon, relate Var-Matin. Ils sont arrivés à destination avec près de huit heures de retard. Le suicide d'un homme est à l'origine de l'incident. Le retard d'un train après un suicide est d'environ trois heures, rappelle le quotidien régional. Mais le remplacement du conducteur du TGV, choqué par la vision d'un corps sans vie sur la voie, a été considérablement retardé."Le fait que cela survienne la nuit complexifie l'intervention", explique au quotidien la direction Paca de la SNCF. "Nous avons fait tout notre possible pour prendre en charge les 250 passagers en leur apportant, notamment, des plateaux repas." Mais une mère de famille, interrogée par Var-Matin, a trouvé cette assistance "très, très légère" : "Vers 1 heure, en effet, on nous a livré un plateau repas. Mais l'assistance s'est résumée à cela : pas de bus, pas de taxi, pas de couvertures, pas de café... Bref, pas de plan B. Vers 3 h 30, on nous a réveillés pour nous regrouper dans la première rame. On a alors pensé qu'on nous évacuerait... Mais non, c'était simplement pour attendre le premier TER, au cas où le train ne redémarrerait pas."Alors que le train était attendu à Nice à 0 h 29, il est arrivé vers 9 h 30. Le périple aura duré près de 15 heures. Il est peu probable que les passagers soient dédommagés, l'incident n'étant pas de la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le dimanche 20 oct 2013 à 18:20

    Dire de rire, j'habite une ville où l'on n'a rien trouvé de plus intelligent que de mettre un asile d'aliénés à côté de la voie ferrée, alors les suicides...c'est quasiment toutes les semaines, occasionnant quelques heures de retard pour les trains vers Paris.Mais c'est devenu une telle habitude que même les journaux locaux ne font qu'un entrefilet en 5 eme page.

  • M898407 le dimanche 20 oct 2013 à 17:27

    Quelle réactivité formidable va encore nous expliquer Pépy, le PDG le plus soumis aux syndicats qui sont à l'origine des pertes abyssales de la SNCF ! Mais son "compagnon" Decoin n'est plus là pour le protéger...