L'intérêt du consommateur, clé pour l'essor du paiement sans contact sur smartphone

le
0
L'intérêt du consommateur, clé pour l'essor du paiement sans contact sur smartphone
L'intérêt du consommateur, clé pour l'essor du paiement sans contact sur smartphone

Utiliser son smartphone pour payer sans contact devrait devenir une habitude plus répandue en 2015, mais son essor dépendra surtout de l'intérêt que pourra en retirer le consommateur.Le paiement mobile sans contact constitue un enjeu énorme pour les opérateurs télécoms, les constructeurs de smartphones ainsi que les banques. Mais cette technologie, censée à terme se substituer à une part importante du paiement par carte bancaire sur terminaux, laisse dubitatif Philippe Lazare, PDG d'Ingenico, l'un des principaux fabricants de ce secteur."Le smartphone sera un petit bout du marché mais fondamentalement l'outil de paiement restera le terminal traditionnel, qui va continuer à croître", souligne le dirigeant dont l'entreprise contrôle 37% du marché mondial des terminaux.Cela n'a pas empêché son groupe d'annoncer lundi au Congrès mondial de la téléphonie mobile (MWC) le lancement d'une solution d'acceptation du paiement sans contact compatible avec Apple Pay.Car l'élément déclencheur susceptible d'accélérer le développement de ce nouveau canal a été l'adoption en septembre dernier par le géant américain de l'informatique de la technologie NFC, ainsi adoubée pour devenir le futur standard du sans contact sur mobile. Cette technologie permet d'échanger des données entre deux appareils distants de quelques centimètres."C'est un pas décisif vers la création d'un écosystème mais ce n'est peut-être pas suffisant car plusieurs solutions sont disponibles", souligne Anne Bouverot, directrice générale de la GSMA.Selon elle, il est également important que "les gens s'habituent à cet usage, par exemple avec la possibilité d'intégrer le Pass Navigo à Paris ou la Oyster Card à Londres dans un mode sans contact sur le smartphone".En lançant Apple Pay, le groupe dirigé par Tim Cook a endossé son rôle traditionnel de prescripteur de tendance plutôt que répondu à une demande forte et sa solution n'est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant