L'intérêt du consommateur, clé pour l'essor du paiement sans contact sur smartphone

le
0
Tous les nouveaux smartphones haut de gamme se doivent désormais de proposer cette capacité. AFP PHOTO / JOSEP LAGO
Tous les nouveaux smartphones haut de gamme se doivent désormais de proposer cette capacité. AFP PHOTO / JOSEP LAGO

(AFP) - Utiliser son smartphone pour payer sans contact devrait devenir une habitude plus répandue en 2015, mais son essor dépendra surtout de l'intérêt que pourra en retirer le consommateur.

Le paiement mobile sans contact constitue un enjeu énorme pour les opérateurs télécoms, les constructeurs de smartphones ainsi que les banques. Mais cette technologie, censée à terme se substituer à une part importante du paiement par carte bancaire sur terminaux, laisse dubitatif Philippe Lazare, PDG d'Ingenico, l'un des principaux fabricants de ce secteur.

"Le smartphone sera un petit bout du marché mais fondamentalement l'outil de paiement restera le terminal traditionnel, qui va continuer à croître", souligne le dirigeant dont l'entreprise contrôle 37% du marché mondial des terminaux.

Cela n'a pas empêché son groupe d'annoncer lundi au Congrès mondial de la téléphonie mobile (MWC) le lancement d'une solution d'acceptation du paiement sans contact compatible avec Apple Pay.

Car l'élément déclencheur susceptible d'accélérer le développement de ce nouveau canal a été l'adoption en septembre dernier par le géant américain de l'informatique de la technologie NFC, ainsi adoubée pour devenir le futur standard du sans contact sur mobile. Cette technologie permet d'échanger des données entre deux appareils distants de quelques centimètres.

"C'est un pas décisif vers la création d'un écosystème mais ce n'est peut-être pas suffisant car plusieurs solutions sont disponibles", souligne Anne Bouverot, directrice générale de la GSMA.

Selon elle, il est également important que "les gens s'habituent à cet usage, par exemple avec la possibilité d'intégrer le Pass Navigo à Paris ou la Oyster Card à Londres dans un mode sans contact sur le smartphone".

En lançant Apple Pay, le groupe dirigé par Tim Cook a endossé son rôle traditionnel de prescripteur de tendance plutôt que répondu à une demande forte et sa solution n'est d'ailleurs pour l'instant disponible qu'aux Etats-Unis.

Mais à la suite de la marque à la pomme, les grandes manÅ"uvres se sont intensifiées chez ses concurrents.

Tous les nouveaux smartphones haut de gamme se doivent désormais de proposer cette capacité, associée pour plus de sécurité au capteur d'empreinte digitale, à l'instar du Samsung Galaxy S6 dévoilé dimanche.

Apple Pay, qui doit arriver en Europe en avril, n'a pas échappé au géant sud-coréen qui a répliqué en faisant récemment l'acquisition de la start-up Loopay.

- 85% en liquide -

Sa technologie MST lui assure l'avantage par rapport à Apple d'être compatible avec plus de 30 millions de terminaux de paiement américains, NFC ou non.

La croissance du paiement mobile sans contact s'effectue en effet en parallèle du déploiement de la carte à puce (norme EMV) aux Etats-Unis, où les transactions s'effectuaient jusqu'à présent en majorité avec la piste magnétique des cartes bancaires.

Celui qui triomphera sur le marché américain aura de bonnes chances de faire de même ensuite à l'international.

A cet égard, Google, qui domine largement les systèmes d'exploitation des smartphones avec Android, n'est pas en reste avec l'acquisition fin février de la plateforme de paiement mobile Softcard, co-fondée en 2011 par AT&T, T-Mobile USA et Verizon.

Le groupe américain se rapproche ainsi des trois grands opérateurs de télécommunication américains, qui avaient mis des bâtons dans les roues de sa propre solution sans contact, Wallet.

La situation est observée de près par les établissements bancaires qui ont raté le virage du paiement en ligne, marqué par l'émergence de Paypal. Celui-ci a annoncé lors du MWC avoir racheté une autre start-up, Paydiant.

Des experts estiment qu'un éventuel début de migration de la carte vers le smartphone sera provoqué par "des services supplémentaires, dont des réductions spéciales ou des offres personnalisées accordées aux clients" puisque le geste de faire passer son smartphone au-dessus d'une borne ne représente pas à lui seul un gain de temps suffisant.

Un intérêt plus élevé des consommateurs pourrait ensuite inciter les petits commerçants à investir pour agrandir le réseau d'acceptation.

"Cela fait plusieurs années que l'on annonce une explosion de ce type de moyen de paiement mais il ne faut pas oublier que 85% de toutes les transactions de paiement dans le monde sont réalisées en liquide", rappelle toutefois le PDG de Mastercard, Ajay Banga, qui anticipe une progression régulière mais linéaire du sans contact mobile.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant