L'intérêt d'Orange a motivé le maintien de Richard, dit Moscovici

le
0
L'INTÉRÊT D'ORANGE A MOTIVÉ LE MAINTIEN DE STÉPHANE RICHARD À SA TÊTE, DIT PIERRE MOSCOVICI
L'INTÉRÊT D'ORANGE A MOTIVÉ LE MAINTIEN DE STÉPHANE RICHARD À SA TÊTE, DIT PIERRE MOSCOVICI

PARIS (Reuters) - L'Etat français a privilégié l'intérêt d'Orange en votant pour le maintien de Stéphane Richard à la tête de l'opérateur, a déclaré mardi le ministre de l'Economie Pierre Moscovici.

"Ce qui a compté pour nous, c'était l'intérêt de l'entreprise, une entreprise qui avait été déstabilisée il y a quelques années, qui avait connu un climat social et psychologique extraordinairement tendu, préoccupant", a-t-il dit sur Canal+.

Le conseil d'administration d'Orange, où l'Etat, principal actionnaire du groupe, a deux représentants, a confirmé lundi Stéphane Richard dans ses fonctions de PDG malgré sa mise en examen dans l'affaire Tapie.

Son maintien en place se justifiait "dès lors que Stéphane Richard a été mis en examen pour des faits qui n'avaient aucun rapport avec l'exercice de sa mission et dès lors qu'il n'y avait pas de contrôle judiciaire de nature à entraver son activité de chef de d'entreprise", a ajouté Pierre Moscovici.

Le ministre a souligné que Stéphane Richard bénéficiait aussi du soutien des salariés, un seul de leurs trois représentants au conseil ayant voté contre son maintien, ainsi que de l'ensemble des administrateurs indépendants.

Stéphane Richard a été nommé début 2010 à la tête d'Orange-France télécom, au moment où le groupe était ébranlé par un climat social tendu provoqué par une vague de suicides.

Yann Le Guernigou, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant