L'Inter poursuit son petit bonhomme de chemin

le
0
L'Inter poursuit son petit bonhomme de chemin
L'Inter poursuit son petit bonhomme de chemin

Grâce au premier but de Kondogbia en Serie A, l'Inter continue sa marche en avant contre le Torino (0-1). Jamais impériale, mais toujours réaliste, l'équipe de Mancini s'installe pour le moment toute seule sur la première marche.

Torino FC - Inter Milan

But : Kondogbia (31e)

"Miroir, mon beau miroir, dis moi qui est le plus beau " Ce midi, c'était l'Inter. Mais ce n'est jamais vraiment évident. Quand deux formations s'affrontent et se ressemblent comme deux gouttes d'eau, deux 3 – 5 – 2, deux entraîneurs qui préfèrent ne pas gagner plutôt que perdre, et deux systèmes de jeu très, très patients, c'est compliqué de faire un choix. Mais le score est là et le pragmatisme de l'Inter a encore eu raison de son adversaire. Le Torino n'a rien pu faire sur l'ouverture du score de Kondogbia, son premier en Serie A. Ni après, se montrant impuissant face à la réussite actuelle et au rythme imposé par les joueurs de Mancini. Mention spéciale pour Handanovič qui a encore réalisé un match de gros porc.

La première de Kondogbia


Une roulette de Kondogbia, une vieille tête d'Icardi, une frappe de grand-mère de Vives, une mise en orbite de Peres, un coup de coude de Glik, une superbe frappe de Benassi sur la barre Voilà pour les trente premières minutes de cette rencontre. Autant dire, pas grand chose. Une sorte de mise en route d'un vieux PC sous Windows 95. Et puis, au milieu de cette torpeur ambiante, un coup franc excentré trop court de Nagatomo, une déviation de la tête de Palacio et un tacle de Kondogbia dans les filets de Padelli. 1 – 0. Le premier but du Français sous ses nouvelles couleurs qui préfère tirer la gueule plutôt que de célébrer son but



Et on peut le comprendre. Car jusque là, le spectacle n'est pas franchement passionnant. Mais voilà, comme d'habitude, l'Inter marche, trottine parfois et continue à avancer tout de même. Sans en donner l'impression. Sans impressionner. En faisant simplement preuve d'une énorme capacité à transformer ses semblants d'occasions. Depuis le début de saison, cinq des douze buts marqués par l'Inter, l'ont été sur coups de pied arrêtés. Et défensivement, c'est pareil. La triplette, Murillo – Juan - Miranda, semble marcher sur un fil. Le premier des trois passe même à deux doigts de concéder un pénalty sur Belotti avant…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant