L'Inter n'est plus seule

le
0
L'Inter n'est plus seule
L'Inter n'est plus seule

Seulement trois Italiens devraient être présents au coup d'envoi du choc de haut de tableau entre le Napoli et la Roma. D'exception, le cas de l'Inter est devenu une généralité en l'espace de quelques saisons.

L'arrêt Bosman fêtera ses 20 ans dans deux jours, un tournant dans l'histoire du foot qui a permis aux joueurs en fin de contrat d'être maîtres de leur destin. S'en est suivie une dérégulation progressive durant laquelle, poussés par leurs agents, les footballeurs ont pris le dessus sur leurs employeurs. Surtout, cette loi autorisait la libre circulation des footballeurs au sein de l'Union européenne, mettant ainsi fin aux quotas étrangers. En 1995, les clubs de Serie A ne peuvent en aligner que 3 sur la feuille de match et on en compte 71 en tout soit 14% des effectifs. Deux décennies plus tard, ils sont 310 et majoritaires, précisément à hauteur de 56%.

L'Inter, un modèle critiqué, mais gagnant


Dimanche 6 mars 2005, l'écran géant de San Siro affiche la 26e minute de jeu. Par l'intermédiaire de Córdoba, l'Inter vient de répondre à l'ouverture du score de Pinardi pour Lecce. Roberto Mancini décide alors de faire entrer le Brésilien Ze Maria en lieu et place de Favalli. C'est un moment historique : pour la première fois de l'histoire, une équipe de Serie A évolue avec 11 éléments étrangers. Carini, Mihajlović, Javier Zanetti, Stanković, Veron, Cambiasso, Van der Meyde, Martins et Adriano s'ajoutent aux deux premiers cités. C'est l'Imperatore qui offrira la victoire aux siens sur un penalty en toute fin de rencontre. Quelques mois plus tard, ils seront onze au coup d'envoi contre Trévise. Honorant le nom complet du club (Internazionale de Milan), les Nerazzurri ont été les premiers à s'engouffrer dans la brèche Bosman. Une politique qui en a fait le mauvais exemple du football italien selon la grande majorité. Inter attaquée, volontiers tournée en dérision, mais gagnante comme un soir de printemps 2010 à Madrid avec une formation 100% étrangère pour compléter l'historique Triplete de Mourinho.

Même pas 11 Italiens chez les 4 premiers


De quoi inspirer d'autres clubs. Il y a deux saisons, l'Udinese et la Fiorentina alignent également zéro autochtone dans une formation de départ, idem pour le Napoli l'an passé. Enfin, la Roma a choisi le premier derby de cette saison pour intégrer ce club privé. Une tendance qui concerne principalement les équipes de haut de tableau (à l'exception du Hellas qui est arrivé à 10 sur 11).…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant