L'Inter encore et toujours en chantier

le
0
L'Inter encore et toujours en chantier
L'Inter encore et toujours en chantier

C'est un changement de cap qui pose clairement question. Tant au niveau du timing, que du choix De Boer. Pourquoi maintenant et pas avant ? Est-ce vraiment mieux que Mancini ? Et pourquoi, tout simplement ?

C'est le genre de séparation qui ne prévient pas et qui empire en quelques jours. D'abord une brouille à la mi-juillet entre Roberto Mancini, pas du genre à se laisser marcher sur les pieds, et son président, Erick Thohir, concernant le projet du club. Ça s'est transformé en rumeur de départ, le 25 juillet, avec l'aide non négligeable des médias italiens. Et puis, une citation de l'homme d'affaire indonésien, deux jours plus tard, sous forme de réconciliation : "Il est notre entraîneur. Je crois vraiment en son travail. " Une cohabitation pacifique et puis, le 8 août, la lettre d'adieu du Mancio, étrangement serein, peut-être grâce à un joli parachute dorée : " Mes engagements professionnels à l'Inter prennent fin aujourd'hui. Avec le club, nous avons trouvé un accord à l'amiable, en toute sérénité." Et enfin, la nomination de Frank De Boer, le lendemain. Non pas que tout a toujours été rose entre Roberto et l'Inter, mais ce divorce a surtout surpris par son timing.

Poussé au divorce


Car malgré un classement et une saison en demi-teinte, quatrième à treize points de la C1, nombreux étaient ceux qui pensaient que les deux parties avaient fait le plus dur. À savoir passer la fin de saison, digérer la déception, repartir du bon pied, planifier le mercato, entamer la préparation et fixer les objectifs... Mais non, à l'image de ce que Bielsa a fait avec l'OM, la rupture a lieu en tout début de cycle. Moment qui n'est pas du tout, faut-il vraiment le préciser, adapté pour ce genre de crise. La presse italienne tient d'ailleurs a re-situé le début de la scission et parle d'une mise à l'écart progressive du technicien italien, évoquant par exemple un refus de collaboration concernant le mercato.

Certains de ses joueurs auraient également abandonné l'homme, son projet, son style de jeu, ses sorties médiatiques et son caractère il y a un moment. Bref un divorce en tous points qui a juste tardé à se réaliser, comme le révèle ce bout d'interview au site FCinter1908 de Filippo Mancini, fils de : "Avec l'arrivée de Thohir et puis des Chinois, les choses ont changé. Ils sont plus attirés par le business que par le football. J'ai même le sentiment qu'ils ne comprennent pas l'Inter, un club qui – jusqu'à peu – avait un vrai rayonnement international. Et du coup, l'Inter ne…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant