L'intégration des enjeux ESG est en bonne voie chez les investisseurs en capital

le
0
(NEWSManagers.com) - Les investisseurs en capital sont convaincus de leur responsabilité pour la prise en compte des enjeux ESG par les entreprises. Selon un sondage réalisé en février dernier par l'agence de notation extra-financière EthiFinance, le cabinet de conseil en RSE Go Between et le laboratoire d'économétrie de l'Ecole Polytechnique, 59% des participants (47 sociétés de gestion de fonds de capital investissement) ont déjà signé (23% de l'échantillon) ou ont l'intention de signer (plus du tiers) les Principes pour l'investissement responsable des Nations Unies (UN PRI). " Nous assistons à un courant de fond chez certains investisseurs en capital, leaders sur le sujet, qui travaillent à l' intégration des facteurs ESG dans leurs pratiques de financement. Les autres participants témoignent d' un vif intérêt pour ces questions, mais semblent en quête d' un plan d' actions à mettre en oeuvre " , explique Fabienne de La Chauvinière, associée fondatrice de Go Between.
Concrètement, les investisseurs en capital considèrent que leur Responsabilité Sociale d' Entreprise (RSE) consiste à prendre en compte les enjeux ESG dans leur portefeuille, autrement dit au sein des firmes dont ils sont déjà actionnaires, puis dans un second temps dans leur propre société. Cette intégration des enjeux ESG importe particulièrement pour leur image, notamment auprès de leurs actionnaires et bailleurs de fonds, puis pour leur gestion des risques. 57 % déclarent ainsi avoir déjà refusé d' investir dans une entreprise pour des raisons ESG.
Des trois axes des enjeux ESG, c' est celui de la gouvernance sur lequel les investisseurs se sont le plus concentrés. Ce qui n'est pas très surprenant, la gouvernance étant proche de leur coeur de métier. Quoique plus éloignés, les enjeux environnementaux et sociaux font toutefois également l' objet d' un travail à souligner.
La formalisation en interne de l' intégration des enjeux ESG peut passer par les UN PRI, une Charte ESG (25%) ou encore le rattachement de la responsabilité de la gestion de l' ESG à une personne (25%). 34% estiment leur gestion formalisée, mais elle est néanmoins partiellement appliquée dans un cas sur deux, signe d' une certaine difficulté d' implémentation sur le terrain. A l' inverse, 45% estiment que la gestion des enjeux ESG au sein de leur société est intégrée mais non formalisée, ce qui témoigne d' un intérêt réel mais aussi d' une recherche de lignes directrices. En cohérence avec ces réponses, 59 % des investisseurs pensent accroître cette année les moyens de gérer les enjeux ESG (aucun ne souhaite les réduire), leur priorité étant de loin la sensibilisation de leurs équipes à leurs tenants et aboutissants.
Si 74 % des investisseurs de l' échantillon déclarent accompagner leurs participations sur les enjeux ESG, réponse certainement poussée à la hausse par l' enjeu de gouvernance, cet accompagnement se traduit généralement par un suivi laissant à l' entreprise toute autonomie pour traiter ces problématiques. Alors qu' ils ne sont que 17% à avoir pu mesurer l' impact des enjeux ESG sur leurs participations, ils s' accordent néanmoins pour penser qu' ils sont facteurs d' attractivité, de réduction des risques et de meilleure implication des salariés de l' entreprise. " Notre étude suggère que la mutation de l' industrie du capital-investissement est liée à la volonté de mieux gérer ses risques, mais aussi et surtout d' améliorer son image : plus que le seul fruit d' une stratégie interne, ce changement pourrait donc aussi résulter d' une pression accrue de leurs parties prenantes, devenues plus exigeantes en matière de RSE. " , remarque Emmanuel de La Ville, directeur général d' EthiFinance.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant