L'Institut culturel de Google lance le "Street View" du street art

le
0
L'Institut culturel de Google lance le "Street View" du street art
L'Institut culturel de Google lance le "Street View" du street art

Partir à la découverte du street art, visiter depuis un ordinateur des lieux éphémères du graffiti: l'Institut culturel de Google a lancé mardi "StreetArtProject", une plateforme gratuite sur Internet pour découvrir cet art urbain en pleine expansion dans le monde.Avec une trentaine de partenaires de 15 pays (galeristes spécialisés, Palais de Tokyo à Paris, dédié à l'art contemporain), StreetArtProject (https://streetart.withgoogle.com/) propose déjà plus de 5.000 oeuvres en haute définition et une centaine d'expositions en ligne. Il raconte aussi l'histoire du street art, les lieux mythiques et les artistes emblématiques."Le street art est un art éphémère par nature, qui risque à tout moment d'être effacé et perdu à jamais. L?Institut Culturel de Google permet aux oeuvres de survivre après qu'elles aient disparu des murs et aux amateurs à travers la planète de continuer à les étudier en détail en toute liberté", a expliqué son directeur Amit Sood.Les oeuvres sont immortalisées grâce aux équipements de numérisation utilisés par "Street View", la plateforme de Google qui permet de se promener virtuellement dans les rues de nombreuses villes du monde. Des photos à 360 degrés permettent de reconstituer les oeuvres, mais aussi leurs espaces de création. A Paris, StreetArtProject a ainsi entièrementnumérisé les neuf étages, murs, sols et plafonds, de la Tour Paris 13 aujourd'hui démolie où des stars du street art avaient eu carte blanche.Avec l'association française MoSa (Museum of Street art), les internautes peuvent découvrir les graffitis aujourd'hui disparus réalisés sur les murs de la mythique discothèque parisienne Les Bains Douches, transformée en éphémère résidence d'artistes, avant l'entrée en action des bulldozers pour une complète réhabilitation en cours en hôtel de luxe.Pour Google, "StreetArtProject" permet de développer la connaissance sur les origines du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant