L'insoutenable politique thaïlandaise du riz

le
0

Commodesk - La Thaïlande perd 115 à 150 milliards de bahts par récolte du fait de sa politique d'achat du riz à prix garanti, une situation économiquement insoutenable d'après la Banque mondiale.

Les cultivateurs thaïlandais récoltent le riz jusqu'à trois fois par an, ce qui a porté la facture à 9,26 milliards d'euros sur l'année fiscale écoulée.

L'organisation internationale a prévenu Bangkok mercredi 19 décembre qu'en dépit d'un taux de croissance de 4,7%, cette politique est ruineuse pour le pays. Elle éroderait cette année 3,8% du produit national brut, a calculé l'économiste de la Banque, Kirida Paopichit.

Le gouvernement garantit à ses riziculteurs un prix d'achat de 15.000 bahts (369 euros) par tonne pour le riz ordinaire, et 20.000 bahts (493 euros) la tonne pour le riz parfumé, depuis octobre 2011.

Les entrepôts publics thaïlandais recèlent de ce fait 12 millions de tonnes de riz. Un riz invendable sur le marché international parce que non compétitif en dépit de sa qualité, comme l'ont encore rappelé cette semaine au gouvernement des interlocuteurs commerciaux de Hong Kong.

Le prix demandé, correspondant aux coûts d'achat et de stockage, est supérieur à celui pratiqué sur les marchés mondiaux, où le riz parfumé vietnamien vaut 300 euros de moins à la tonne que son équivalent thaïlandais, et le riz ordinaire 150 euros de moins.

La Thaïlande a vu ses exportations de riz fondre de 40,5% cette année, à 4,8 millions de tonnes, perdant ses clients au profit de l'Inde (10 millions de tonnes exportées) et du Vietnam (7,2 millions de tonnes), d'après l'association thaïlandaise des exportateurs.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant