« L'insertion sert l'économie »

le
0
« L'insertion sert l'économie »
« L'insertion sert l'économie »

Guillaume BAPST, fondateur de ANDES : réseau d'épiceries solidaires.

- 162 salariés.

- 280 épiceries.

- 8,5 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2013.

- 1,8 million de tonnes de fruits et légumes livrés en 2013.

Pour faire sortir Guillaume Bapst de ses gonds, il suffit de lui dire «  C'est mieux que rien » ! Une expression qu'il a souvent entendue dans le monde de l'aide alimentaire où il a choisi de jouer les trublions, en créant des épiceries solidaires d'un genre nouveau. « Il y a vingt ans, les aliments distribués ne permettaient pas de lutter contre le lien établi entre obésité et pauvreté, faute de proposer des produits frais ». D'où son idée de récupérer des fruits et des légumes invendus pour les mettre à disposition des plus défavorisés et les faire payer un prix symbolique, de l'ordre de 10 à 30 % de celui pratiqué dans les commerces classiques « pour ne pas rester dans le caritatif ». Dès la création de sa première épicerie à Nevers (Nièvre), en 2000, le patron de l'ANDES a voulu « professionnaliser » son action.

Un accueil d'abord mitigé

« Mon projet n'a pas forcément été bien accueilli dans un milieu très installé sur ses acquis, se souvient l'entrepreneur. On m'a reproché de vouloir faire payer les pauvres alors que je considère qu'il ne faut pas inscrire l'assistanat dans la durée. » Munie d'une carte d'accès magnétique, chaque famille peut prendre l'équivalent d'une certaine somme par semaine, pour une durée fixée au départ, en fonction d'un projet à construire avec l'aide des travailleurs sociaux présents sur place. Les boutiques payent une cotisation annuelle de 50 EUR au réseau qui les aide à se professionnaliser et propose des formations gratuites pour encadrer les bénévoles. L'ANDES a développé d'autres sources de financement, comme des partenariats avec des entreprises qui financent son action dans le cadre de leur politique RSE (Responsabilité ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant