L'Insep, le cocon des athlètes Français caché en pleine forêt

le
0

VIDÉO - Les meilleurs d'entre eux y sont formés. En partenariat avec le Pavillon de l'Arsenal, Le Figaro Immobilier vous fait découvrir cet immense bâtiment, enfoui dans le bois de Vincennes.

C'était à l'été 2009. Les athlètes Français prenaient possession de leurs nouveaux quartiers: le pôle sportif de l'Insep flambant neuf situé au coeur du bois de Vincennes, dans le XIIe arrondissement de Paris. Un ensemble qui regroupe toutes les activités de gymnastique artistique, gymnastique rythmique et sportive, lutte, taekwondo ainsi que les trois disciplines d'escrime... L'ensemble a également une architecture très singulière! Le Figaro Immobilier, en partenariat avec le Pavillon de l'Arsenal, centre d'urbanisme et d'architecture de Paris et de la métropole parisienne, vous fait découvrir, comment les architectes ont pensé ce bâtiment.

«Tout l'enjeu de ce site était la réflexion suivante: comment faire qu'un site de 30 hectares qui avait l'apparence d'une caserne peut-être transformé et donner l'impression d'une vraie appartenance au bois de Vincennes», explique François Leclercq, architecte qui a été en charge de ce projet. «Il y avait aussi l'esprit d'ouverture. Sachant que le bois de Vincennes est un espace public, il fallait s'adapter à cela, et concevoir un lieu ouvert, que l'on peut visiter», ajoute-t-il.

Cette idée d'ouverture est réussie, tant le bâtiment d'un peu moins de 7000 mètres carrés semble à la fois clos et lumineux. L'Insep est comme camouflée, «enfouie» dans le sol, selon les mots utilisés François Leclercq. La hauteur des murs en bois n'excède pas celle des arbres. Comme pour se fondre encore davantage dans le décor. À l'intérieur, un grand couloir central remplit le même rôle que dans un appartement familial: il distribue les salles correspondant à chaque activité. «C'est une sorte de point de ralliement», explique François Leclercq. Et tout le long, de grandes vitres qui permettent aux visiteurs de voir les entraînements des sportifs.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant