L'Insee confirme une croissance de 0,6% au 1er trimestre

le
3
L'INSEE CONFIRME UNE CROISSANCE DE 0,6% AU 1ER TRIMESTRE
L'INSEE CONFIRME UNE CROISSANCE DE 0,6% AU 1ER TRIMESTRE

PARIS (Reuters) - L'économie française a enregistré une croissance de 0,6% au premier trimestre 2015, soit la plus forte progression enregistrée depuis le printemps 2013 (+0,7%), grâce à une forte progression de la consommation des ménages et des stocks des entreprises, a confirmé l'Insee dans les résultats détaillés des comptes nationaux trimestriels publiés mercredi.

La croissance du quatrième trimestre 2014 par rapport au trimestre précédent a été relevée de 0,1 point à +0,1%.

En conséquence, l'acquis de croissance pour 2015, à savoir le niveau de l'ensemble de l'année si la croissance des trois derniers trimestres était nulle, se situe à +0,8% (+0,7% annoncé auparavant).

Au premier trimestre 2015, la contribution de la demande intérieure finale a été positive de 0,6 point (+0,5 point dans les premiers résultats) et celle de la variation des stocks de 0,5 point (inchangé). Le commerce extérieur y a en revanche contribué négativement à hauteur de 0,5 point (inchangé).

Les dépenses de consommation des ménages ont progressé de 0,9% (+0,8% dans les premiers résultats) et l'investissement s'est contracté de 0,1% (-0,2%) même si celui des entreprises a augmenté de 0,3 point (+0,2%).

Le pouvoir d'achat des ménages s'est redressé, avec un revenu disponible brut en hausse de 1,2% au premier trimestre. Les prix à la consommation ont légèrement diminué de 0,1%, si bien que le pouvoir d'achat du revenu des ménages a augmenté de 1,3% (après -0,1% fin 2014). Au niveau individuel, il progresse de 1,2% (après -0,2% fin 2014).

Le taux d'épargne des ménages a légèrement progressé à 15,3% contre 15% à fin 2014 et 15,2% à la fin du premier trimestre 2014.

La masse salariale a augmenté de 0,7% après +0,3% sur les trois derniers mois de 2014.

Le taux de marge des entreprises non financières a augmenté de 29,8% à 31,1%, atteignant son plus haut niveau depuis le premier trimestre 2011.

Le déficit des administrations publiques s'élevait à 4,0% du PIB au premier trimestre.

L'Insee a annoncé la semaine dernière prévoir une croissance de 0,3% au deuxième et au troisième trimestres 2015 puis de 0,4% au quatrième, qui porterait la croissance annuelle à 1,2%.

Le gouvernement, qui continue de tabler sur une croissance de 1,0% cette année, a estimé que cette prévision de l'Insee confirmait que la France était "clairement rentrée dans une phase de reprise de l'activité".

(Marc Joanny)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le mercredi 24 juin 2015 à 10:17

    OUI MAIS,En quatre ans, les dépenses françaises ont progressé de près de 100 milliards en euros courants malgré les multiples plans de réduction d’économies annoncés ! Selon la Cour des comptes, les prestations sociales ont augmenté de 59 milliards d’euros, les rémunérations des fonctionnaires de 18 milliards et les dépenses de fonctionnement courant de 7 milliards.. NOS GOUVERNANTS SERAIENT DES GENS RESPONSABLES ??? ON VA DROIT DANS LE MUR.

  • a.lauver le mercredi 24 juin 2015 à 09:19

    vite vite vite redisctribuons et faisons acte de candidature pour les JO :o)

  • tigercox le mercredi 24 juin 2015 à 09:17

    Croissance artificielle. Normale la forte augmentation des stocks. Il étaient à 0.