L'inscription «Arbeit macht frei» du camp nazi de Dachau dérobée

le
1
L'inscription «Arbeit macht frei» du camp nazi de Dachau dérobée
L'inscription «Arbeit macht frei» du camp nazi de Dachau dérobée

Le travail rend libre. Qui n'a pas frémi en lisant ces mots, d'un cynisme abominable, aux portes de deux des plus grands camps de concentration nazis, Auschwitz (Pologne) et Dachau (Allemagne) ? C'est là, près de Munich, qu'une porte en fer forgé avec l'inscription si tragiquement célèbre a été dérobée par des inconnus dans la nuit de samedi à dimanche.

Le vol, constaté tôt dimanche matin, a vraisemblablement été commis dans la nuit, entre 23h45 et 5h30, explique la police bavaroise dans un communiqué. Elle a lancé un appel à témoin. Le site, qui ne comporte pas de système de surveillance, est toutefois surveillé 24 heures sur 24 par des agents de sécurité et le vol a sans doute été commis entre deux rondes. Le ou les auteurs, qui ont dû escalader une porte principale, ont ensuite enlevé une porte historique en fer forgé, mesurant environ 2 mètres sur 1 mètre, avant de l'emporter. Compte-tenu de sa taille et de son poids, les malfaiteurs étaient soit nombreux soit équipés d'un véhicule. 

Situé à quelques kilomètres de Munich, le camp de concentration de Dachau a été ouvert il y a 80 ans, le 22 mars 1933, moins de deux mois après l'accession d'Adolf Hitler à la chancellerie. Premier camp qui servit ensuite de modèle, il fut d'abord destiné à l'incarcération des prisonniers politiques. Plus de 200 000 prisonniers venus d'une trentaine de pays y ont été détenus dont l'ancien Premier ministre français, Léon Blum, qui était juif. Plus de 41 000 d'entre eux y furent tués, ou moururent d'épuisement, de faim ou de maladie avant que le camp ne soit libéré par les Américains le 29 avril 1945. 

En décembre 2009, l'inscription métallique originale «Arbeit macht frei» avait été dérobée à l'entrée de l'ancien camp d'extermination d'Auschwitz, en Pologne. L'instigateur du vol, un ancien leader néonazi suédois de 34 ans, Anders Högström, avait été condamné en décembre 2010 à 2 ans et 8 mois de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • delapor4 le lundi 3 nov 2014 à 13:34

    Voilà un sacrilège qui sera sûrement plus puni que les exploits des femen! On ne plaisante pas avec la religion de la shoah!