L'insalubrité de la prison de Marseille épinglée

le
0
UN RAPPORT DÉNONCE L'INSALUBRITÉ DE LA PRISON MARSEILLAISE DES BAUMETTES
UN RAPPORT DÉNONCE L'INSALUBRITÉ DE LA PRISON MARSEILLAISE DES BAUMETTES

PARIS (Reuters) - L'insalubrité "consubstantielle" au centre pénitentiaire des Baumettes, à Marseille, constitue une "violation grave" des droits fondamentaux des prisonniers, selon un rapport du contrôleur général des lieux de privation de liberté.

Une vingtaine de contrôleurs ont visité ce centre du 8 au 19 octobre dernier, constatant que malgré les avertissements successifs de divers organismes depuis vingt ans, aucune amélioration n'y a été apportée.

Sur un échantillon de 98 cellules, les contrôleurs n'en ont compté que 9 "n'appelant aucune observation sérieuse", peut-on lire dans ce rapport publié jeudi au Journal officiel.

"L'insalubrité et l'absence d'hygiène sont consubstantielles à la plus grande partie de l'établissement", ajoute le rapport. "Ce ne sont pas seulement de défauts de conception ou de construction dont souffrent Les Baumettes. Mais aussi de défaut d'entretien."

Entre autres problèmes, ils citent le traitement des déchets, avec des monte-charge fréquemment en panne, des salles de douches "crasseuses", et des rats qui pullulent.

Une série de photos rendues publiques par le contrôleur des prisons montre des fils électriques à nu, de l'eau de pluie qui perle dans les cellules, des rongeurs morts, ou encore des déchets amoncelés le long de la cour de promenade.

TAUX D'OCCUPATION DE 145,80%

Autant de conditions qui viennent s'ajouter à la surpopulation de cette prison, construite en 1936, où le taux d'occupation était de 145,80% au 1er octobre, avec 1.769 prisonniers pour 1.190 places, souligne le rapport.

Le contrôleur général des lieux de privation de liberté, qui a saisi la ministre de la Justice selon une procédure d'urgence utilisée pour la deuxième fois seulement, déplore par ailleurs le développement de la violence sur place, avec quatorze contusions multiples, huit plaies profondes, sept fractures et plaies, trois traumatismes crâniens et un viol constatés en 2012.

Il signale la réduction des budgets de l'établissement, qui ont reculé de 7,2% en 2012, et expliquent selon lui en partie la pénurie d'activités de l'établissement.

Un projet de restructuration de cet établissement pénitentiaire est en cours, et doit s'achever en 2017.

Il "permettra de répondre aux problèmes de vétusté constatés actuellement, mais n'augmentera pas la capacité d'accueil de l'établissement", écrit Christiane Taubira dans sa réponse au contrôleur des prisons, indiquant que la construction d'un nouveau centre de détention est "envisagée".

Cet engagement "doit être pris rapidement", estime le contrôleur général, qui demande, entre autres, la mise en place de "mesures efficaces et pérennes" de nettoyage et d'hygiène, et la réduction du nombre de prisonniers "à un niveau supportable".

Chine Labbé, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant