L'inquiétant retour des farines animales

le
0
Le retour des farines animales est une mauvaise nouvelle pour les associations de protection de l'environnement
Le retour des farines animales est une mauvaise nouvelle pour les associations de protection de l'environnement
Ironie du sort : cette décision vivement souhaitée par les agriculteurs et les industriels a été prise en pleine polémique sanitaire des lasagnes à la viande de cheval...

Une polémique au retentissement continental, dont Findus se serait volontiers passé et que les trois cents salariés du fournisseur Spanghero, au chômage technique depuis la suspension de l'agrément sanitaire de l'entreprise, pourraient payer au prix fort.

La condamnation ferme du gouvernement, prématurée aux yeux de certains, et les premières conclusions à charge de l'enquête de la répression des fraudes présagent en effet du pire pour ces employés. Plus largement, d'aucuns se demandent aujourd'hui, et on peut les comprendre, si les plats cuisinés en vente dans les supermarchés sont fiables. Et les spécialistes de disserter sur les diverses répercussions économiques de l'« affaire » de la viande chevaline ? parfaitement comestible en l'occurrence, il faut tout de même le rappeler -, tandis que les pouvoirs publics réfléchissent à des mesures pour renforcer les contrôles, ce qui serait il est vrai la moindre des choses.

C'est dans ce contexte de forte défiance alimentaire qu'est parue au Journal officiel de l'Union Européenne (UE) la décision de Bruxelles (approuvée en fait en juillet) d'autoriser le recours aux farines de porcs et de volailles pour nourrir les poissons. Devant entrer en vigueur dès le 1er juin prochain, l'agrément a suscité de nombreuses cri
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant