L'inquiétant retour de la maladie du charbon

le
0
L'inquiétant retour de la maladie du charbon
L'inquiétant retour de la maladie du charbon

C'est une bactérie destructrice qui, même enterrée dans la glace de Sibérie, ne meurt jamais. Après 75 ans de sommeil, la Bacillus anthracis, à l'origine de l'anthrax ou maladie du charbon, vient de ressusciter, provoquant le décès d'un enfant de 12 ans. Disséminé dans la nature sous forme de micro-organisme, l'anthrax avait fait beaucoup parler de lui au lendemain des attentats du 11 septembre 2001 à New York : sous forme de poudre, il s'était retrouvé dans des enveloppes piégées envoyées à des sénateurs et des journalistes américains.

 

A l'origine du retour de cette épidémie dans le district autonome de Iamalo-Nénétsie, dans le Grand Nord russe, les dérèglements climatiques qui perturbent tant notre planète. Cet été à 2 000 km au nord-est de Moscou, le mercure dépasse largement les 30 °C au lieu de 17 °C en temps ordinaire. Cette vague de chaleur a provoqué la fonte du permafrost, ce sol recouvert d'une couche de terre censée être gelée en permanence. Des Bacillus anthracis qui y étaient emprisonnées depuis des décennies ont ainsi été libérées. « Cette bactérie est extrêmement résistante. Elle est dormante, elle n'a pas besoin de nutriments. Elle peut rester des années dans le sol sans perdre de son infectiosité. Et quand elle est dans le permafrost, une sorte de congélateur naturel, c'est encore mieux. Elle peut y survivre des milliers d'années », décrypte le microbiologiste Jean-Michel Claverie, professeur à l'université Aix-Marseille. Et de citer un exemple très concret : « Si vous placez un yaourt dans le permafrost, eh bien, 10 000 ans plus tard, il sera encore bon à manger ! »

 

Le foyer de contamination serait une vieille carcasse de renne dégelée réapparue à la surface. Ses congénères vivants ont été les premières cibles. Plus de 2 000 rennes ont été tués par cette infection aiguë qui se transmet aussi bien aux animaux qu'à l'homme lorsque celui-ci est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant