L'inquiétant poids des milices dans la «nouvelle Libye»

le
0
Réunis à Rome, des chercheurs s'alarment de l'incapacité du pouvoir à faire rentrer les groupes armés dans le rang.

Les milices ont de l'avenir en Libye. C'est le constat alarmant dressé mercredi à Rome par un groupe de chercheurs et de spécialistes de la Libye rassemblés par le Collège de défense de l'Otan, la «boîte à idées» de l'Alliance atlantique. Au moment où les habitants de Tripoli demandent aux «révolutionnaires» de quitter la capitale, les participants à un séminaire discret sur «L'avenir de la Libye» étaient en majorité d'accord sur un pronostic: le désarmement des groupes armés, objectif du gouvernement de transition, n'est sans doute pas pour demain. Pour de multiples raisons.

Psychologiques, pour une part. «Beaucoup de combattants ont pris goût à la guerre, assure l'un des contributeurs. Ils ont du mal à retourner à la vie civile.» Le refus de rendre les armes est aussi politique. «On est dans le provisoire. Les vainqueurs d'hier ne sont pas sûrs d'être les vainqueurs de demain. Mieux vaut garder les fusils et les canons pour négocier sa place le moment

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant