L'inflation monte en Allemagne et en Espagne, espoir pour la BCE

le
0
    par Michael Nienaber et Paul Day 
    BERLIN/MADRID, 29 septembre (Reuters) - L'inflation en 
Allemagne est remontée en septembre à son plus haut niveau 
depuis 16 mois tandis qu'en Espagne, les prix augmentaient pour 
la première fois depuis plus de deux ans, deux évolutions 
suggérant que la politique de la Banque centrale européenne 
(BCE) porte enfin ses fruits. 
    La BCE mène une politique monétaire sans précédent qui 
conjugue taux d'intérêt négatifs et achats massifs de titres sur 
les marchés financiers dans le but affiché de soutenir la 
croissance et d'empêcher la zone euro d'être entraînée dans une 
spirale déflationniste.  
    Mais la croissance économique des 19 reste lente et 
l'inflation n'est que légèrement supérieure à zéro, loin de 
l'objectif d'un taux légèrement inférieur à 2% que s'est fixé la 
banque centrale. Cette dernière est ainsi régulièrement attaquée 
pour l'inefficacité de sa politique.  
    Les chiffres publiés jeudi pourraient donc offrir un peu de 
répit à son président Mario Draghi, encore contraint mercredi au 
Bundestag de défendre sa cause face à des députés allemands qui 
critiquent l'impact des taux négatifs sur les banques et les 
épargnants.   
    "Hourra, les prix montent ! Cela peut sembler dingue mais 
c'est logique, parce que l'évolution des prix montre que les 
risques de déflation sont écartés pour l'instant", a ainsi 
commenté Jörg Zeuner, économiste de la banque publique allemande 
KfW. 
    Il a ajouté s'attendre à ce que le taux d'inflation en 
Allemagne se rapproche du seuil des 2% au début de l'an 
prochain.  
    "Dans l'hypothèse d'une évolution comparable dans la zone 
euro, cela permettra à la BCE d'envisager une sortie en douceur 
de son programme d'achats d'obligations en 2017", a-t-il dit.  
     
    "LA POLITIQUE DE LA BCE POURRAIT FONCTIONNER, APRÈS TOUT" 
    L'inflation allemande calculée en données harmonisées aux 
normes européennes (IPCH), est ressortie à 0,5% en rythme annuel 
en septembre, après 0,3% en août, a annoncé l'Office fédéral de 
la statistique.  
    Ce chiffre, conforme aux attentes des économistes interrogés 
par Reuters, est le plus élevé qui ait été enregistré depuis le 
mois de mai 2015. 
    Les prix de l'énergie restent le principal frein à 
l'inflation allemande mais leur impact s'est atténué, montre le 
détail des chiffres calculés aux normes nationales. 
Parallèlement, la hausse des loyers s'est accélérée en août, 
tandis que celle des prix alimentaires ralentissait. 
    En Espagne, l'inflation aux normes IPCH ressort à 0,1% en 
rythme annuel en septembre, le premier chiffre positif depuis 
mai 2014. Et les chiffres aux normes nationales confirment cette 
inversion de tendance, avec une hausse des prix de 0,3% sur un 
an, la première depuis juillet 2015, après une baisse de 0,1% en 
août. 
    Pour Geoffrey Minne, économiste d'ING, les statistiques 
espagnoles constituent "un signe montrant que la politique de la 
BCE pourrait fonctionner, après tout". 
    Mais il ajoute que l'inflation dans l'ensemble de la zone 
euro reste très loin de l'objectif visé. "De ce point de vue, la 
politique monétaire de la BCE devrait rester accommodante 
pendant encore un certain temps".  
    La première estimation de l'inflation annuelle dans la zone 
euro en septembre doit être publiée vendredi et les économistes 
interrogés par Reuters prévoient en moyenne une hausse à 0,4% 
après 0,2% en août. Si ce pronostic s'avère exact, l'inflation 
aura atteint son plus haut niveau depuis octobre 2014. 
     
 
 (avec Joseph Nasr et Reinhard Becker à Berlin; Marc Angrand 
pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant