L'inflation en zone euro donne des arguments à la BCE

le
5
L'INFLATION DANS LA ZONE EURO
L'INFLATION DANS LA ZONE EURO

par Martin Santa

BRUXELLES (Reuters) - L'inflation a diminué contre toute attente en mai dans la zone euro, un recul qui augmente le risque de déflation, donc la probabilité de voir la Banque centrale européenne (BCE) prendre de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire dans deux jours.

Le taux d'inflation en rythme annuel des Dix-Huit est ressorti à 0,5% en première estimation en mai contre 0,7% en avril, a fait savoir Eurostat mardi. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient une inflation inchangée.

La faible inflation de mai devrait renforcer d'autant les conjectures sur l'annonce jeudi par l'institut d'émission d'un train de mesures destinées à faciliter le crédit et à redonner de la vigueur à une reprise économique à la peine en zone euro. "La BCE n'a pratiquement plus besoin de raisons supplémentaires pour annoncer un vaste plan de mesures de soutien à sa réunion de politique monétaire de juin, jeudi, afin de contrer le risque de voir une période prolongée d'inflation très faible se transformer en déflation", dit Howard Archer, responsable de la recherche économique chez IHS Global Insight.

Plusieurs sources avaient fait savoir le mois dernier à Reuters que la BCE préparait un ensemble de mesures susceptibles d'être annoncées à l'issue de sa réunion de juin, incluant la possibilité d'une baisse de ses trois taux directeurs et celle de mesures ciblées visant à favoriser le crédit aux petites et moyennes entreprises.

"Ces chiffres font monter la pression pour que la BCE renforce encore son programme de soutien jeudi", estime Jan von Gerich, responsable de la stratégie chez Nordea.

Le président de la BCE Mario Draghi a déclaré pour sa part la semaine dernière que la banque était "particulièrement attentive" à tout risque de déflation et prête à intervenir en employant des moyens conventionnels ou ciblés, un programme d'ampleur d'achat d'actifs restant possible.

"LES PRESSIONS DÉFLATIONNISTES SOUS-ESTIMÉES"

"La BCE a longtemps sous-estimé les pressions déflationnistes qui menacent l'Europe et il est temps de prendre des mesures non conventionnelles", estime Dominic Rossi, chargé de l'investissement chez Fidelity Worldwide Investment.

Le taux d'inflation de mai retrouve le niveau de mars, qui marquait un plus bas depuis novembre 2009 et reflétait entre autres une inflation faible en Allemagne, la première économie européenne.

L'inflation de base, c'est à dire hors énergie, produits alimentaires, alcools et tabac, a reculé elle aussi à 0,7% en mai après 1,0% en avril. Les prix de l'énergie n'ont pas varié; c'est la première fois en cinq mois qu'ils ne baissent pas.

L'inflation reste ainsi dans la "zone dangereuse" - selon les propres termes de la BCE - en deçà de 1%, ce qui atteste de la timidité de la reprise, également mise en évidence par la statistique du chômage publiée également ce mercredi.

Le taux de chômage a diminué en avril dans la zone euro mais très peu, à 11,7% contre 11,8% en mars. C'est un peu mieux que ce qu'attendaient les économistes qui anticipaient le statu quo.

Le nombre de sans emploi dans la zone euro approche les 19 millions depuis quatre mois, témoignant du profond impact de la pire crise financière qu'ait connu la zone euro, mais les taux de chômage varient fortement d'un pays à l'autre.

Les marchés financiers mondiaux ont été dopés ces derniers temps par les anticipations de baisses de taux et d'injection de liquidités en Europe et pourraient réagir très négativement si les mesures prises par la banque centrale s'avéraient décevantes.

(avec Robin Emmott,; Wilfrid Exbrayat et Juliette Rouillon pour la version française, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • noterb1 le mardi 3 juin 2014 à 15:47

    Il n'y a plus de fric , il part tout au même endroit ! le nombre de chômeurs et la taxation tous azimuts font que la demande est faible . Mais nous n'avons encore rien vu . On va droit dans le mur mais on accélère . Vivement le grand marché transatlantique qu'on en finisse avec tous ces privilégiés qui prétendent manger à leur faim .

  • cbocahut le mardi 3 juin 2014 à 12:57

    faites nous confiance WWW.UPR.FR

  • elimatis le mardi 3 juin 2014 à 12:29

    Vite la planche à billets !!

  • M9385839 le mardi 3 juin 2014 à 12:18

    pas assez de bulles.....il va falloir agir pour tuer definitivement le systeme

  • DanVhv le mardi 3 juin 2014 à 11:29

    Presque chq info économique et financière est affublée du terme "inattendue"... à se demander à quoi servent tous ces "experts" si chers payés pour nous livrer leurs analyses & prévisions... apparemmt, ils seraient donc tjr à côté de la plaque!!