L'inflation britannique à son plus bas niveau depuis quatre ans

le
1
L?INFLATION AU ROYAUME-UNI
L?INFLATION AU ROYAUME-UNI

LONDRES (Reuters) - L'inflation est tombée en novembre à un point bas de quatre ans, une évolution qui offre à la Banque d'Angleterre (BoE) toute latitude de maintenir son taux directeur au plus bas historique où il se trouve depuis des années malgré l'accélération de la reprise économique en 2013.

Les prix à la consommation ont ainsi augmenté de 2,1% sur un an le mois dernier, leur hausse la moins marquée depuis novembre 2009, a annoncé l'Office national des statistiques, qui note que l'impact de la hausse du poste énergétique doit encore se faire sentir.

Les économistes avaient un niveau d'inflation de 2,2%, comme en octobre.

Depuis décembre 2009, l'inflation s'établit chaque mois au dessus de l'objectif de 2% fixé par la Banque d'Angleterre, une situation qui pèse sur le pouvoir d'achat des ménages.

Mais l'institut d'émission reste déterminé à soutenir l'économie britannique, qui croît actuellement plus vite que la plupart des autres économies développées mais qui n'a pas encore retrouvé son niveau d'avant la crise financière de 2007-2009.

La BoE a dit à plusieurs reprises attendre que le taux de chômage revienne à 7% avant de commencer à envisager un relèvement de ses taux, sous réserve que les anticipations en matière d'inflation restent sous contrôle.

L'Office national des statistiques a également dit que le prix des maisons à travers le Royaume-Uni avait augmenté de 5,5% en octobre, soit la progression la plus marquée depuis septembre 2010.

Cette hausse est surtout le fait des prix immobiliers à Londres, qui ont bondi de 12% par rapport à il y a un an.

Service économique

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • a.guer le mardi 17 déc 2013 à 11:57

    Démonstration par la réalité que des taux d'intérêts bas n'engendrent pas obligatoirement de l'inflation ( du fait de la concurrence mondiale )comme le croyait notre ami Trichet, de même que son successeur, tous les deux arc-boutés sur la question de l'inflation

Partenaires Taux