L'inflation à son plus haut niveau de l'année en Allemagne

le
0
L'INFLATION EN ALLEMAGNE À SON PLUS HAUT NIVEAU DE L'ANNÉE
L'INFLATION EN ALLEMAGNE À SON PLUS HAUT NIVEAU DE L'ANNÉE

par Michelle Martin

BERLIN (Reuters) - L'inflation allemande est ressortie en juillet à son niveau le plus élevé de l'année, tout en restant en deçà d'un peu moins de 2%, l'objectif de la Banque centrale européenne (BCE), selon des données provisoires publiées mardi.

La hausse des prix alimentaires a débouché sur un taux d'inflation annuel de 1,9% en juillet après 1,8% en juin, alors que les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un ralentissement à 1,7%.

"Rien d'inquiétant pour qui que ce soit. Les salaires des ménages augmentent de 3% environ par an, ce qui implique une hausse du pouvoir d'achat; tout va bien pour eux donc sauf si l'inflation augmente encore", observe Christian Schulz (Berenberg Bank).

L'inflation tempérée s'accompagnant d'un chômage bas et d'une forte revalorisation salariale a porté le moral des ménages allemands à son niveau le plus élevé en près de six ans, comme l'atteste l'indice GfK également publié mardi.

Berlin espère que la consommation des ménages prendra le relais des exportations pour stimuler la croissance cette année.

Un hiver rigoureux, les inondations qui ont ravagé l'est et le sud du pays en juin, ainsi que la vague de chaleur qui a suivi sont autant d'éléments qui ont provoqué une hausse des prix alimentaires, observent les économistes, qui ajoutent que cette composante de l'indice est par nature très instable.

De ce fait, ils ne pensent pas que l'inflation allemande dépassera cette année le seuil fixé par la BCE. Une enquête Reuters publiée ce mois-ci donnait un taux d'inflation attendu à 1,5% pour 2013.

Pour Alexander Koch, économiste d'UniCredit, l'inflation a sans doute atteint son point culminant, la conjoncture mondiale morose devant provoquer une fléchissement des prix des matières premières et une baisse de cette charge pour les entreprises.

"Les prix augmenteront plus modérément à l'avenir. En automne, le taux d'inflation sera sans doute tout juste supérieur à 1%", dit-il.

Ce léger bond de l'inflation n'aura vraisemblablement aucune incidence notable sur la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE), qui a dit ce mois-ci qu'elle entendait maintenir ses taux directeurs à leurs plus bas sans précédent pendant une période prolongée.

Une profession de foi qu'elle devrait réitérer jeudi à l'issue de la réunion mensuelle de son Conseil des gouverneurs.

"Ce qui est très positif est que, pour l'inflation de la zone euro dans son ensemble, la menace de déflation s'éloigne. Si 30% de la zone euro, ce qui est le poids de l'Allemagne, a un taux d'inflation de 2%, alors le reste peut avoir une inflation plus faible", commente Christian Schulz, ajoutant que les voisins de l'Allemagne pourraient en profiter pour améliorer leur compétitivité et exploiter sa forte demande intérieure.

Harmonisée aux normes européennes, l'inflation a été stable à 1,9% annuellement.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Véronique Tison

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant