L'infernal déclin britannique !

le
0
Photo d'illustration
Photo d'illustration

Au début du siècle précédent, le Royaume-Uni est hégémonique. Son commerce, sa finance, sa monnaie, son empire colonial n'ont pas d'égaux dans le monde. "Britannia, rule the waves"... Plus pour longtemps, néanmoins. La France n'a jamais été très loin derrière. Les États-Unis et l'Allemagne rattrapent leur retard industriel à grands pas. De nouvelles puissances, telles que la Russie et le Japon, émergent de façon spectaculaire. L'Angleterre, à vrai dire, ne mène plus la danse. L'ultralibéralisme d'Albion ne paie plus face aux stratégies étatistes très volontaristes des autres puissances. Et il n'a d'ailleurs plus jamais payé dès lors. Pourtant, encore aujourd'hui, le Royaume-Uni défend corps et âme un modèle qui ne lui sourit guère depuis un siècle. Le résultat est consternant. La triste réalité de l'économie britanniqueLa richesse produite outre-Manche par an, autrement dit le produit intérieur brut, est inférieure à celle de la France depuis plusieurs décennies. Elle est aussi depuis peu inférieure à celle du Brésil. La relative reprise de la croissance britannique, à 1,4 point en 2013, est malheureusement bien plus conjoncturelle que structurelle. On raille sans cesse le manque de compétitivité française, à travers une balance commerciale déficitaire de 61 milliards d'euros en 2013. Les médias anglais multiplient en ce sens les titres alarmistes sur la faillite de l'économie hexagonale. Ces messieurs semblent...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant