L'infarctus n'est pas toujours précédé de symptômes visibles

le
0
Pour 42 % des femmes et 30 % des hommes, l'infarctus se traduit par des troubles atypiques.

Les symptômes typiques de l'infarctus, une douleur en étau dans la poitrine qui doit immédiatement inciter à alerter les secours, sont loin d'être toujours aussi stéréotypés. Une analyse de plus d'un million de patients américains relève l'absence de douleur ou gêne thoracique dans un tiers des cas d'infarctus. «C'est une très belle étude mais les chiffres sont surprenants. On a l'impression que ça ne correspond pas à la réalité», s'étonne le Pr Hervé Douard, cardiologue au CHU de Bordeaux. L'étude en question montre qu'un patient sur trois hospitalisé pour un infarctus du myocarde n'a pas eu de symptôme thoracique (douleur ou gêne dans la poitrine). Elle résulte d'un registre d'envergure puisqu'il regroupe les données d'environ 1500 hôpitaux américains, soit plus d'un million d'infarctus survenus entre 1994 et 2006.

«Habituellement, on considère que 20% des infarctus sont silencieux (sans symptôme) et c'est déjà beaucoup», rappelle le Pr Douard. Dans...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant