L'inexorable déclin de la note française

le
0
François Hollande va probablement devoir affronter des questions sur une possible nouvelle dégradation de la France, jeudi, pendant sa grande conférence de presse.
François Hollande va probablement devoir affronter des questions sur une possible nouvelle dégradation de la France, jeudi, pendant sa grande conférence de presse.

La France s'apprête-t-elle à subir une nouvelle dégradation de sa note souveraine ? Selon le quotidien bi-média payant L'Opinion, c'est certain. L'agence américaine de notation Moody's, qui a une fenêtre de tir pour le faire vendredi, en aurait déjà informé, dès jeudi, le gouvernement français, comme le lui imposent les règles de l'Union européenne. À quelques heures de la conférence de presse de François Hollande, l'information a pourtant été formellement démentie au plus haut sommet de l'État. Vendredi matin, le ministre des Finances a annoncé dans un communiqué qu'il avait demandé l'ouverture d'une enquête de l'Autorité des marchés financiers sur une "information erronée". "Je demande à l'Autorité des marchés financiers d'examiner avec précision les fausses allégations du journal L'Opinion. Cette pratique est non seulement éthiquement répréhensible ; elle pose aussi dans le cas d'espèce un problème au regard du bon fonctionnement des marchés financiers", a détaillé Michel Sapin. Quoi qu'il en soit, Moody's a bien l'occasion vendredi de réviser la note française après la clôture de la bourse parisienne. Une nouvelle dégradation de la France viendrait s'inscrire dans la longue série d'avertissements des trois grandes agences de notation depuis le début de la crise. Moody's avait dégainé en second, le 19 novembre 2012, quelques mois après Standard & Poors (12 janvier 2012, pendant le mandat de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant