L'industrie s'est contractée en décembre en Europe, sauf en GB

le
1
LE RALENTISSEMENT DE L'INDUSTRIE SE POURSUIT DANS LA ZONE EURO
LE RALENTISSEMENT DE L'INDUSTRIE SE POURSUIT DANS LA ZONE EURO

PARIS (Reuters) - La contraction de l'activité industrielle dans la zone euro s'est aggravé en décembre en raison d'une chute des nouvelles commandes, montrent les résultats définitifs de l'enquête mensuelle Markit auprès des directeurs d'achats.

L'indice PMI manufacturier est tombé 46,1 en décembre contre 46,2 en novembre, s'éloignant du seuil de 50 au-dessus duquel il traduit une expansion.

L'estimation préliminaire donnait l'indice PMI à 46,3 pour décembre.

Les nouvelles commandes ont poursuivi leur contraction pour le dix-neuvième mois d'affilée, à 43,5 contre 44,2 le mois précédent.

"Le rythme marqué de ralentissement de l'activité manufacturière à la fin de l'année suggère que la récession dans la région se sera accentuée au quatrième trimestre, probablement de manière significative", commente Chris Williamson, chef économiste de Markit.

"Le secteur s'attend à une année encore difficile en 2013, même si l'horizon s'est un peu dégagé car la production devrait bénéficier des signes d'une demande soutenue de certains marchés d'exportations déterminants comme les Etats-Unis ou la Chine", ajoute Chris Williamson.

En Allemagne, le secteur manufacturier s'est contracté pour le dixième mois consécutif en décembre, frappé par la baisse de la production et par un recul des nouvelles commandes à un plus bas de quatre mois.

L'indice PMI manufacturier est retombé à 46,0 le mois dernier, un niveau qui reste bien en-deçà de la barre de 50 séparant croissance et contraction, contre 46,8 en novembre.

L'estimation préliminaire donnait un indice PMI à 46,3.

La première économie de la zone euro a souffert d'une faible demande, pénalisant notamment les exportations.

"Le secteur manufacturier réagit à la dégradation de la demande en réduisant les prix et en supprimant des emplois", a commenté Tim Moore, économiste chez Markit.

A contre-courant de la tendance observée dans les pays de la zone euro, le secteur manufacturier britannique a rebondi contre toute attente en décembre et a connu son plus fort rythme de croissance depuis septembre 2011, selon l'enquête CIPS/Markit publiée mercredi.

L'indice PMI définitif de la Grande-Bretagne a touché un plus haut de 15 mois à 51,4 en décembre contre 49,2 en novembre, repassant ainsi au-dessus du seuil de 50 qui sépare croissance et contraction de l'activité pour la première fois depuis le mois de mars.

Cette progression est plus marquée que prévu puisque 24 économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un indice à 49,1.

Ces statistiques encourageantes pourraient éviter à l'économie britannique une contraction jusqu'ici attendue de 0,1% au dernier trimestre 2012.

"Le marché domestique reste le moteur de la croissance en décembre, même si les flux commerciaux internationaux semblent se stabiliser avec la reprise en Chine et aux Etats-Unis", a noté Rob Dobson, économiste chez Markit.

La composante des commandes nouvelles a connu son plus fort rythme de croissance depuis mars 2011, grâce à la demande intérieure, tandis que la composante de la production a atteint un plus haut depuis avril 2011.

Catherine Monin pour le service français, édité par Véronique Tison

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • marc.vui le mercredi 2 jan 2013 à 12:07

    tient pas de commentaires anti anglais, de francais jaloux et visionnaire