L'industrie éclaire les perspectives de croissance allemande

le , mis à jour à 12:06
0
LES PERSPECTIVES DE CROISSANCE S'AMÉLIORENT EN ALLEMAGNE
LES PERSPECTIVES DE CROISSANCE S'AMÉLIORENT EN ALLEMAGNE

par Michael Nienaber

BERLIN (Reuters) - Les commandes à l'industrie allemande ont augmenté bien plus que prévu en avril, la demande des partenaires de la zone euro ayant supplanté une demande intérieure anémiée, et dans le même temps, la Bundesbank a relevé ses prévisions de croissance de la première économie européenne.

Les commandes ont augmenté de 1,4%, leur plus forte avancée de l'année jusqu'à présent, suivant les données publiées vendredi par le ministère de l'Economie, dépassant aisément le consensus Reuters qui se limitait à une hausse de 0,5%.

La demande extérieure a bondi de 5,5% sur le mois, une progression sans précédent depuis juillet 2014 et portée par la zone euro, tandis que la demande intérieure au contraire s'est tassée de 3,8%.

Le ministère estime que la production industrielle va sans doute encore gagner en dynamisme grâce à l'effet stimulant d'une zone euro qui se redresse.

La demande de biens de consommation a crû de 4,5% durant le mois, tandis que la demande de biens d'équipement a progressé de 2,3%. En revanche, la demande de biens intermédiaires a fléchi de 0,9%.

La hausse de mars a été revue à 1,1% au lieu de 0,9% en première estimation.

"La forte croissance des commandes à l'industrie éclaire les perspectives du deuxième trimestre", dit Ralph Solveen, analyste de Commerzbank.

Par ailleurs, la Bundesbank a relevé ce même vendredi ses prévisions de croissance de l'Allemagne en 2015 et 2016, remarquant que les salariés tirent profit d'un marché du travail solide et d'appréciables revalorisations salariales.

La banque centrale anticipe une croissance de 1,7% cette année, au lieu de 1,0% projeté en décembre, ce qui est un peu moins que la prévision du gouvernement, soit 1,8%, lequel fonde ses espoirs sur la demande intérieure.

La Buba projette 1,8% de croissance l'an prochain, au lieu de 1,6% en décembre, et 1,5% en 2017.

Elle prévoit aussi 0,5% d'inflation, mesurée par les prix de détail harmonisés (IPCH), en 2015 (1,1% en décembre), 1,8% confirmé en 2016 et 2,2% en 2017.

"La principale raison des perspectives d'inflation molle c'est la forte baisse des cours du brut", explique le président de la Bundesbank Jens Weidmann dans un communiqué.

Le PIB allemand n'a crû que de 0,3% au premier trimestre après 0,7% au dernier trimestre 2014, un ralentissement largement imputable au commerce extérieur.

Pour le deuxième trimestre, les grands instituts de conjoncture anticipent 0,5% de croissance.

(Avec Michelle Martin, Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant