L'industrie automobile a retrouvé des couleurs

le
0

Plus de cent millions de véhicules devraient être produits au niveau mondial en 2017.
Plus de cent millions de véhicules devraient être produits au niveau mondial en 2017.

Alors que se tient à Paris le salon de l'automobile du 4 au 19 octobre, une étude d'Euler Hermès confirme que la production automobile a renoué avec un certain dynamisme au niveau mondial.

L'automobile, industrie d'avenir ? Hors des économies matures, c'est effectivement le cas. « Le marché automobile semble retrouver ses couleurs et la crise serait même effacée en termes de rythme de croissance de la production mondiale. Toutefois, la production a déjà commencé à basculer vers les nouvelles économies du fait de taux d'équipement encore très faibles (...) » résume ainsi Ludovic Subran, chef économiste chez Euler Hermès. La production mondiale devrait ainsi progresser de 4% par an en 2014 et 2015 et dépasser les 100 millions de véhicules à l'horizon 2017.

Les ventes de voitures sont dominées par quatre marchés majeurs : Chine, Etats-Unis, Europe et Japon. Le marché chinois (+10% en 2014 et +8% en 2015) est devenu le premier marché mondial mais le taux d'équipement y reste encore très faible (5% vs. 80% aux Etats-Unis et 55% en Europe) alors que 21 millions de véhicules devraient être vendues en Chine en 2015, soit 25% de plus qu'aux Etats-Unis. Le marché américain a toutefois retrouvé son niveau de ventes d'avant-crise. Avec des effectifs qui ont été réduits de 20%, il est même redevenu rentable. Il devrait progresser de 4% en 2014 et de 3% en 2015.

Des marges plus élevées en Allemagne

En Europe, le marché est attendu en hausse de 5% en 2014 et en 2015, mais les ventes restent en volume inférieures de 15% à leurs niveaux d'avant crise. En France, le niveau de production atteindra 1,4 million en 2014, soit un niveau très faible par rapport aux 3 millions d'unités d'avant la crise. Euler Hermès rappelle qu'en comparaison l'Allemagne produit quatre fois plus d'automobiles. Les constructeurs allemands génèrent par ailleurs des résultats d'exploitation au-dessus de 7% contre 2 et 3% pour les constructeurs français.

En quelques années, la production automobile a basculé vers les nouvelles économies. Les pays industriels ont vu partir une partie de leur production vers les pays « low cost ». En Europe, de la France ou de l'Italie vers les pays d'Europe centrale (Slovaquie, République tchèque, Pologne etc.). Outre-Atlantique, des Etats-Unis vers le Mexique. Des nouvelles zones de production sont aussi en train d'apparaître en Asie du Sud-Est et en Afrique du Nord. L'industrie automobile est en mutation au niveau mondial, le déclin de la production dans les pays industriels n'est donc que relatif.

J.G

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant