L'Indonésie va exécuter six personnes pour des affaires de drogue

le
0

DJAKARTA, 16 janvier (Reuters) - Les autorités indonésiennes prévoient d'exécuter dimanche six prisonniers, dont cinq de nationalité étrangère, coupables d'avoir enfreint la loi sur les drogues, a annoncé vendredi le gouvernement. Il s'agira des premières exécutions depuis l'arrivée au pouvoir fin octobre du nouveau président, Joko Widodo. Malgré des appels à la clémence de l'Union européenne, du gouvernement brésilien et d'Amnesty International, Joko Widodo a dit qu'il fallait rester ferme à l'encontre de toute personne impliquée dans des affaires de drogue. Les cinq étrangers devant être exécutés viennent du Nigeria, du Malawi, du Vietnam, des Pays-Bas et du Brésil. "Le nouveau gouvernement est entré en fonctions avec l'engagement d'améliorer le respect des droits humains. Procéder à ces exécutions serait un pas dans le mauvais sens", a estimé Rupert Abbott, directeur de recherche pour l'Asie du Sud-Est chez Amnesty International. Federica Mogherini, porte-parole de la diplomatie européenne, a estimé que les exécutions programmées était "profondément regrettables", exhortant l'Indonésie à décréter un moratoire sur la peine de mort. L'Indonésie a recommencé à exécuter les condamnés à mort en 2013 après une suspension de cinq ans. (Randy Fabi et Heru Asprihanto, Benoît Van Overstraeten pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant