L'Indonésie tient la corde pour l'OMC

le
0
L'ancienne ministre du Commerce, Mari Pangestu, figure parmi les favoris pour l'emporter.

Un pays, un jour. Tel est à peu près le rythme du marathon auquel se livrent les neuf candidats à la présidence de l'OMC (Organisation mondiale du commerce) pour remplacer le français Pascal Lamy en septembre.

Mari Pangestu, ancienne ministre indonésienne du Commerce, actuellement chargée du Tourisme et de l'Économie créative, était à Paris en fin de semaine. Elle est très bien placée parmi les favoris pour l'emporter. L'Indonésie, avec ses 240 millions d'habitants et une croissance de plus de 6 % par an, s'affiche comme l'un des pays émergents les plus solides dans le monde. Or ce sont les émergents qui font le jeu cette fois-ci. Ils sont huit candidats sur neuf, dont le Brésil, la Corée du Sud, le Mexique. Et, pour la première fois, on compte trois femmes parmi eux.

«Il est nécessaire que les émergents aient un rôle beaucoup plus important au sein de l'orga...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant