L'Indonésie prépare de nouvelles exécutions, silence sur Atlaoui

le
0
    DJAKARTA, 4 mai (Reuters) - L'Indonésie se prépare à 
exécuter un nouveau groupe de détenus, a dit mercredi un 
responsable de la police, mais les autorités de Djakarta n'ont 
pas précisé si des étrangers en feraient partie. 
    Plusieurs étrangers condamnés à mort pour trafic de drogue, 
dont le Français Serge Atlaoui, 51 ans, ont obtenu un sursis 
l'année dernière en raison du tollé international suscité par 
l'exécution de plusieurs autres trafiquants. 
    Un avocat de Serge Atlaoui a déclaré à Reuters que les 
autorités indonésiennes n'avaient pas averti l'ambassade de 
France à Djakarta que son client était sur la liste des détenus 
qui seront prochainement mis à mort, comme c'est généralement la 
règle en la matière. 
    L'Indonésie a repris les exécutions en 2013 après un 
moratoire de cinq ans et a depuis fusillé 14 prisonniers, en 
majorité étrangers, dans une prison située sur l'île de 
Nusakambangan. Le président Joko Widodo a assuré que ces 
exécutions allaient se poursuivre malgré les critiques. 
    Un porte-parole de la police provinciale de Java a indiqué 
que les autorités pénitentiaires avaient reçu le mois dernier 
l'ordre de rénover le site où les condamnés sont fusillés et 
qu'il y aurait "probablement de nouvelles exécutions". 
    Outre Serge Atlaoui, dont François Hollande a dit l'an 
dernier qu'il faisait "tout" pour le sauver ( ), une 
Britannique de 59 ans, Lindsay Sandiford, condamnée pour trafic 
de cocaïne, et une employée de maison philippine, Mary Jane 
Veloso, font aussi partie des détenus susceptibles de passer 
devant le peloton d'exécution. 
     
 
 (Agustinus Beo Da Costa; Tangi Salaün pour le service français) 
 )
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant