L'Indonésie durcit le ton sur AirAsia, le titre chute

le , mis à jour à 11:22
0

* Les finances des compagnies aériennes dans le viseur de Djakarta * Treize compagnies menacées d'un gel des vols le 31 juillet * AirAsia en première ligne, le titre chute de près de 13% KUALA LUMPUR/DJAKARTA, 8 juillet (Reuters) - L'Indonésie s'inquiète de l'état des finances de 13 compagnies aériennes à qui le gouvernement donne jusqu'au 31 juillet pour rectifier le tir, sous peine d'une immobilisation de leurs avions. La mesure concerne notamment la filiale indonésienne de la compagnie malaisienne à bas coûts AirAsia AIRA.KL , dont la situation financière inquiète depuis plusieurs semaines. L'action AirAsia a chuté de près de 13% à la Bourse de Kuala Lumpur mercredi, à son plus bas niveau depuis cinq ans. L'Indonésie, un marché clé pour AirAsia bien qu'elle y perde de l'argent, a durci le ton sur la sécurité après l'accident la semaine dernière d'un avion militaire qui a fait plus de 140 morts, précédé en décembre du crash d'un appareil de PT Indonesia AirAsia dont les 162 passagers et membres d'équipage ont péri. Au total, 13 compagnies, dont PT Indonesia AirAsia, ont jusqu'à la fin du mois pour se recapitaliser sous peine d'une interdiction de vol. "Celles qui ne se conforment pas à cette demande seront suspendues", a déclaré le porte-parole du ministère des Transports, J.A. Barata, à Reuters mardi soir. "Si elles n'ont pas assez de capitaux, comment voulez-vous qu'elles puissent assurer la sécurité de leurs passagers ?" AirAsia a fait savoir qu'elle demanderait à être reçue par le ministère. L'action AirAsia a perdu 28% depuis la publication, le 10 juin, d'une étude d'un cabinet d'études de Hong Kong, GMT Research, remettant en cause ses méthodes comptables. AirAsia X AIRX.KL , filiale d'AirAsia avec laquelle celle-ci effectuerait des transferts financiers pour améliorer ses résultats, a déposé mercredi une plainte auprès du régulateur boursier de Hong Kong pour dénoncer l'étude "inexacte" de GMT Research. TA Securities, un broker malaisien, estime qu'Indonesia AirAsia, détenue à 49% par AirAsia, a besoin de l'équivalent d'au moins 230 millions de dollars de capitaux frais pour combler son déficit de fonds propres. Pour autant, les analystes doutent que Djakarta ait les moyens de mettre sa menace à exécution. "La suspension des 13 compagnies entraînerait la perte de milliers d'emplois. Aucun gouvernement ne veut ça", déclare Mohshin Aziz, analyste chez Maybank Kim Eng, qui s'attend plutôt à de longues tractations. Une source d'AirAsia a indiqué que la compagnie dirigée par Tony Fernandes, l'un des patrons les plus connus en Asie, n'ignorait pas les besoins de recapitalisation de la filiale indonésienne et étudiait diverses options à cet égard, dont la possibilité d'une cotation à la Bourse de Djakarta. L'action AirAsia a clôturé en baisse de 12,75% à 1,30 ringitt à la Bourse de Kuala Lumpur, après avoir reculé jusqu'à 1,26, un plus bas depuis juillet 2010. (Al-Zaquan Amer Hamzah et Emily Chow à Kuala Lumpur, avec Eveline Danubrata à Djakarta et Anshuman Daga à Singapour, Véronique Tison pour le service français)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant