L'indispensable Mr Riner

le , mis à jour à 09:46
0
L'indispensable Mr Riner
L'indispensable Mr Riner

Une nuée de gamins s'accroche à lui. Même à Doha (Qatar), et bien que la plupart des collégiens présents hier matin ne le connaissent pas, le judoka déchaîne les passions. Pour saluer sa venue, ces gamins français et qatariens du lycée Voltaire se sont même mis au judo, il y a... quinze jours. Les démonstrations sont approximatives mais Teddy Riner se prête au jeu. Le sportif est là pour faire passer le message que la candidature de Paris aux Jeux de 2024 ne s'adresse pas seulement aux sportifs de haut niveau, mais aussi à tous ces jeunes pratiquants. Et il excelle dans ce rôle. Cet après-midi, dans les salons du Sheraton, qui offrent une vue imprenable sur le golfe Persique, l'exercice sera tout autre, à l'occasion de l'assemblée générale des comités nationaux olympiques.

 

Pour la première fois, les porteurs du dossier parisien présenteront leur vision des Jeux au monde olympique, notamment à la quarantaine de membres du CIO présents à Doha qui, le 13 septembre prochain, départageront Paris, Los Angeles et Budapest. Côté français, ils seront cinq à prendre la parole, dont Anne Hidalgo, rodée à l'exercice... et Teddy Riner, qui, hier encore, participait aux répétitions. « Il devra faire passer le message selon lequel notre candidature est portée par les athlètes et que ceux-ci ont envie de vivre cette aventure, résume Tony Estanguet, président du comité de candidature. Vous verrez que Teddy est très bon en public ! » En février dernier, lors de la cérémonie de présentation du dossier de candidature à la Philharmonie de Paris, celui qui n'était pas encore double champion olympique avait soulevé l'enthousiasme des centaines de collégiens présents dans la salle. « Il a une légitimité sportive mais aussi une dimension populaire et médiatique, explique-t-on du côté du comité de candidature. C'est l'un de nos plus grands champions, un champion qui écrase tout, qui gagne tout et qui transpire l'ambition. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant