L'indispensable Claude Guéant

le
0
Souvent critiqué pour ses prises de position sur la sécurité et l'immigration, le ministre de l'Intérieur a reçu les félicitations du chef de l'État et du premier ministre pour sa gestion de la tuerie de Toulouse.

«Claude Guéant a bien travaillé.» Mercredi matin, au cours du Conseil des ministres, Nicolas Sarkozy a multiplié les compliments à l'égard de son ministre de l'Intérieur pour sa gestion de la tuerie de Toulouse. Ce n'est pas la première fois que le président fait l'éloge de celui qui fut si longtemps son plus proche collaborateur et dont il fit en 2007 le secrétaire général de l'Élysée. En début d'année, Sarkozy vantait déjà son action: «Il est le ministre de l'Intérieur que j'attends depuis 2007.» Une remarque bien cruelle pour Michèle Alliot-Marie et l'«ami» Brice Hortefeux, qui ont occupé le poste au début du quinquennat. «Claude incarne naturellement et physiquement l'autorité», répète aussi le président aux parlementaires.

Que Claude Guéant, préfet hors classe, incarne l'autorité ne fait guère de doute. À 67 ans, l'homme est aussi courtois que pudique, aussi urbain qu'insondable. Il entretient le mystère tout en veillant à ne pas mettre une

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant