L'Inde enregistre son plus faible taux de croissance en 9 ans

le
0
L'Inde enregistre son plus faible taux de croissance en 9 ans
L'Inde enregistre son plus faible taux de croissance en 9 ans

NEW DELHI (Reuters) - L'économie indienne a connu au premier trimestre son plus faible taux de croissance annuel en neuf ans, à 5,3%, affectée notamment par un recul du secteur manufacturier, et la baisse de la roupie à un plus bas historique suggère que l'activité reste sous pression ce trimestre en Inde.

C'est un considérable revers de fortune pour l'Inde qui avait l'habitude d'afficher avant la crise financière des taux de croissance de plus de 9% et ambitionnait de dépasser la Chine au rang de première économie émergente du monde.

La croissance de 5,3% du produit intérieur brut (PIB) pour le dernier trimestre de l'année fiscale en Inde ressort bien inférieure aux attentes. Les prévisions les plus pessimistes des économistes interrogés par Reuters faisaient ressortir une croissance de 5,5%. La moyenne des prévisions se situait à 6,1%.

Selon des données Reuters, la croissance de l'économie indienne sur les trois premiers mois de l'année est la plus faible enregistrée depuis le premier trimestre de 2003, au cours duquel le PIB indien avait progressé de 3,6%.

Le secteur manufacturier a reculé de 0,3% au premier trimestre comparé aux trois premiers mois de 2011. Le secteur de l'agriculture a progressé de 1,7%.

Le PIB de l'Inde a crû de 6,5% pour l'année fiscale close fin mars, le plus faible taux de croissance depuis 2002-2003 (4%).

"Ces chiffres posent un dilemme pour les responsables politiques, alors qu'ils ont peu de marges de manoeuvre budgétaires pour stimuler la croissance et que la portée d'un assouplissement monétaire est très étroite, au moins pour l'instant, en raison de l'inflation élevée", a estimé Dariusz Kowalczyk, économiste chez Crédit Agricole CIB à Hong Kong.

L'inflation en Inde s'élève actuellement à plus de 7%.

La roupie est tombée jeudi à un nouveau record contre le dollar. Elle s'est traitée au-delà de 56,50 pour un dollar, ce qui représente une glissade de 14% par rapport à son plus haut de cette année, ce qui ajoute aux inquiétudes concernant l'inflation.

Avant même la publication des chiffres du PIB jeudi, les économistes avaient abaissé leurs prévisions de croissance pour la troisième économie asiatique. Ils tablent sur une progression du PIB comprise entre 6% et 6,5% pour l'année fiscale à fin mars 2013, tandis que le gouvernement prévoit 7,5%.

Manoj Kumar, Blandine Hénault pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant